Billets d'Afrique 125 - Mai 2004

Télécharger ce numéro en pdf

Édito

Élargir

Incontestablement, bien des brèches ont été ouvertes en avril dans la négation de la complicité française avec les auteurs du génocide de 1994 au Rwanda. Dans nombre de médias et une partie de l’opinion publique française. Certaines brèches bien visibles, d’autres minuscules. Il faut maintenant nous employer à les élargir, à ne pas laisser refermer ce scandale, telle une plaie suppurante.

Survie va s’y employer, au sein de la “ Commission d’enquête citoyenne sur le rôle de la France durant le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 ” (CEC), qui va se prolonger et progressivement s’élargir. Nous recevons régulièrement de nouveaux témoignages, dont certains peuvent s’avérer décisifs. Tout cela demande des vérifications pour lesquelles nous avons commencé de nous associer diverses compétences.

Avec des juristes, nous nous efforçons aussi d’élargir au domaine judiciaire le refus de la négation et de l’impunité, en examinant précisément les possibilités de plaintes contre des complices français. Un mémorandum est en préparation sur le sujet, en parallèle à la mise en forme du rapport de la CEC et celle des actes du colloque du 27 mars à l’Assemblée nationale.

Trois ouvrages en chantier, dont le premier devrait être publié assez rapidement. L’élargissement de nos champs de travail requiert de nouvelles énergies compétentes. Avis aux intéressés !

L’inavouable et inouïe complicité française au Rwanda est le sommet d’une criminalité françafricaine proliférante, surabondante en pillages, escroqueries, tortures, massacres, crimes contre l’humanité. Rendre incontournable l’aveu de cette complicité permettra d’ouvrir le regard des Français à la perpétuation de cette criminalité – le plus long scandale de la République.

Au cœur de la récurrence criminelle, il y a le soutien banalisé à des dictatures néocoloniales. Il s’agit maintenant d’aider à élargir les peuples africains de l’emprisonnement, la sorte d’esclavage en quoi les réduisent ces tyrannies. C’est le sens de la campagne que nous lançons en ce mois de mai, une campagne qui durera jusqu’à la chute de la dernière “démocrature” (dictature “légitimée” par un scrutin truqué) soutenue par Paris dans ses anciennes colonies. Nous ne prétendons pas imposer à ces pays une forme de gouvernement, nous nous rallions à cette grande majorité d’Africains qui réclament le droit de pouvoir choisir librement leurs dirigeants, en tournant la page des régimes installés ou prolongés par l’étranger.

Et nous préparons pour le 24 juin une relance de notre refus des “ mondes sans loi ”, les paradis fiscaux. Un autre axe central de nos revendications citoyennes.

Concluons en forme de raffarinade : les voies de l’action sont larges, il suffit de les emprunter.


125 - Mai 2004
Billets d’Afrique

Bulletin mensuel d’information alternative sur les avatars de la politique de la France en Afrique depuis 1994, Billets d’Afrique et d’ailleurs constitue l’un des piliers de notre volonté de mieux informer.

Billets est disponible sur abonnement à Survie (voir formulaire dans cette rubrique) au prix de 25 € par an (30 € pour l’étranger) pour 11 numéros de 12 pages.

Abonnez vous !

Vous pouvez le découvrir dès à présent et télécharger les anciens numéros dans cette rubrique.

S'abonner à la newsletter