Accueil du site > Billets d’Afrique > 2005 > 139 - Septembre 2005

Billets d'Afrique 139 - Septembre 2005

Télécharger ce numéro en pdf

Télécharger ce numéro en pdf

Au sommaire de ce numéro

Édito
La marche continue
À lire, à voir
A fleur de presse
Salves

Édito

La marche continue

1er septembre 2005

Le 29 juin Survie a subi la perte irréparable de son président François-Xavier Verschave. Le prodigieux travail qui a été le sien demeure. Il constitue le socle de nos actions, un acquis dont nous sommes loin d’avoir exploré toutes les voies. Il s’agit de faire avancer sans cesse l’ambition d’un monde où les peuples s’approprient leur destin pour améliorer leurs conditions de vie, où les responsables sont responsables parce qu’ils représentent ceux qu’ils gouvernent, où les grands prennent conscience de leur faiblesse et les petits de leur force.

Il n’y a pas de pause pour le chagrin. L’âpreté des enjeux qui se jouent en Afrique se reflète dans des événements qui ne laissent pas de répit. Le Congo-Kinshasa est toujours en lambeaux, que se disputent tant de vautours à coups de massacres. Le Soudan, une fragile réconciliation à peine obtenue, se voit troublé par la disparition de Garang, éphémère vice-président. En Mauritanie l’adjoint d’un militaire chasse son patron qui, avec son aide, emprisonnait et torturait à tout va. Aux observateurs politiques qui raillent le coup d’État comme « maladie africaine », le journal burkinabè L’Observateur Paalga répond : « Tant que le sport favori des gouvernants restera le trucage des élections, tant que les présidents se plairont à tripatouiller les constitutions pour s’éterniser au pouvoir, aucune résolution ne pourra éradiquer les coups de force sur notre continent. [...] Le meilleur antidote aux rébellions, mutineries, coups d’État et autres révolutions de palais, c’est la démocratie, le respect des droits de l’Homme, la bonne gouvernance et la justice sociale. »

La force fait la loi. Au Tchad l’offensive du pouvoir contre les journalistes indépendants est cautionnée par les déclarations indécentes de l’ambassadeur de France. Sy Koumbo Singa Gali, directrice de publication de l’hebdomadaire L’Observateur, est la troisième journaliste à être condamnée à une peine de prison au Tchad depuis le début du mois de juillet. Accusée d’incitation à la haine raciale, elle rejoint le coordonnateur du même journal, Samory Ngar, accusé d’atteinte au chef de l’État, qui a écopé de trois mois de prison, ainsi que Michaël Didama, du journal Le Temps, condamné à six mois ferme pour diffamation, après avoir publié un reportage sur l’opposition politico-militaire tchadienne au Soudan. Pour Evariste Ngarlem Toldé, président de l’Union des journalistes tchadiens, cette série de procès en cascade vise « à museler la presse privée indépendante ». Au Gabon le journal Nku’u le Messager a été suspendu le 11 août. Par un communiqué daté du 12 août, treize titres de la presse privée gabonaise ont informé de leur décision de ne pas paraître tant que cette suspension qu’ils qualifient d’arbitraire n’est pas levée.

Au Congo, l’infâme procès du Beach consacre l’impunité des militaires incriminés, défendus à grands frais par des avocats français, en face de victimes intimidées, après qu’en France l’État a élargi un criminel présumé et fait taire la plainte des victimes. La mascarade judiciaire de Brazzaville s’est déroulée sans grand retentissement. Laissera-t-on cette page se refermer ? La normalisation du Togo, avalisant le pouvoir imposé du fils d’Eyadéma, va bon train, bénie par la Francophonie, en dépit de la relation, par Amnesty international, des crimes et des exactions qui continuent à s’y perpétrer contre tout suspect d’opposition, tandis que la Commission des droits de l’Homme de l’ONU tarde à publier son propre rapport. Fermons les yeux et réjouissons-nous puisque Bolloré va étendre son activité sur le port de Lomé.

La crise alimentaire qui sévit dans les pays du Sahel, particulièrement au Niger, est due aux difficultés climatiques certes, mais ces difficultés prennent un tour catastrophique du fait de la pauvreté des populations, victimes, tout autant sinon plus, de la spéculation sur les vivres que de la sécheresse. Or la pauvreté n’est pas un phénomène climatique mais un fait politique. En ce monde l’homme qui a faim est un homme opprimé.

Plus que jamais il faut lutter contre le silence, contre les clichés, car c’est cela qui tue.

Odile Tobner


139 - Septembre 2005
Billets d’Afrique

Bulletin mensuel d’information alternative sur les avatars de la politique de la France en Afrique depuis 1994, Billets d’Afrique et d’ailleurs constitue l’un des piliers de notre volonté de mieux informer.

Billets est disponible sur abonnement à Survie (voir formulaire dans cette rubrique) au prix de 25 € par an (30 € pour l’étranger) pour 11 numéros de 12 pages.

Abonnez vous !

Vous pouvez le découvrir dès à présent et télécharger les anciens numéros dans cette rubrique.

S'abonner à la newsletter