Accueil du site > Billets d’Afrique > 2009 > 180 - Mai 2009 > Les Tchadiens, toujours otages du soutien français à Idriss Déby

Tchad

Les Tchadiens, toujours otages du soutien français à Idriss Déby

Publié le 1er mai 2009 par Raphaël de Benito

Le dernier rapport Afrique de l’International Crisis Group (ICG) est sans détour dans son bilan de la force européenne à forte composante française (Eufor) dans l’Est du Tchad. Tout est dit dans son intitulé : Tchad, la poudrière de l’Est, (n°149, avril 2009).

Rappelons que l’Eufor avait un triple mandat de l’ONU : contribuer à la protection des civils en danger, en particulier les réfugiés et les personnes déplacées, faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire et la libre circulation du personnel humanitaire en contribuant à améliorer la sécurité dans la zone d’opérations et enfin contribuer à la protection de l’ONU, de ses installations et de son personnel, et notamment de la force dite Minurcat (Lission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad).
Critique dans le bilan, le rapport de l’ICG ne ménage pas non plus la politique de la France au Tchad. Et dans une moindre mesure celle de l’Union européenne.
Un rapport, qui souligne l’échec de l’Eufor et qui rejoint ce que nous écrivions déjà, en janvier, dans ces colonnes (Billets d’Afrique n°176, janvier 2009) : « (…) force est de reconnaître que rien n’aura changé dans la situation des populations civiles tchadiennes et des réfugiés soudanais au terme du mandat de l’Eufor et que cet aspect des choses n’aura en fait servi que d’alibi. (…) Les bénéficiaires de cette opération sont évidemment le régime tchadien et son allié français. Accordons à la force européenne qu’elle n’est pas intervenue à ce jour directement en soutien militaire du dictateur, ce que les autres partenaires européens avaient exclu. Mais, du point de vue de la résolution de la crise militaro-politique tchadienne et de la restauration d’un État de droit, conditions sine qua non d’une véritable sécurisation des populations, le bilan de l’opération européenne est nul. »
Ce que confirme aujourd’hui l’ICG au terme de la mission de la force européenne : « L’échec de l’Eufor-Minurcat à améliorer de façon pérenne la sécurité à l’Est du Tchad vient avant tout de la conception de ces deux missions. La genèse de cette opération, initialement bloquée par le refus du président Déby d’accepter une véritable mission de maintien de la paix dotée d’un mandat politique, a mené à de mauvais compromis sur tous les plans », « par conséquent l’Eufor-Minurcat n’a pas permis de résorber le banditisme, les conflits intercommunautaires ou la violence interethnique instrumentalisés par les acteurs tchadiens ». « (…) L’analyse selon laquelle la crise à l’Est du Tchad est essentiellement humanitaire a fait l’impasse sur les causes politiques et sociales du conflit et a condamné d’avance la mission à voir la portée de son action limitée à une simple sécurisation des réfugiés et des personnes déplacées, laissant le soin aux acteurs tchadiens de résoudre une crise politique sans soutien international. Alors que les soldats de l’Eufor luttaient, avec un succès considérable, contre les accusations de partialité liées à la présence en son sein d’un contingent français, le blocage de la France contre tout mandat politique a contribué au jeu politique du président Déby, c’est-à-dire l’utilisation du déploiement international comme une force de dissuasion psychologique contre son opposition armée et ses soutiens soudanais. » « Grâce à l’Eufor, la France a donc activement contribué à renforcer Déby sans aider les Tchadiens à trouver une solution durable à leur crise. Le processus politique, déjà insuffisant, a été pris en otage par le régime et, grâce à l’Eufor, Déby a renforcé son contrôle sur l’Est. Ce faisant, Paris a pu aussi partager le coût de l’opération avec l’Union européenne tout en lui faisant endosser ses objectifs politiques. » C’est effectivement ce qui s’est passé : le drapeau européen a fait oublier le rôle des forces tricolores d’Épervier qui tiennent le régime à bout de bras.
Alors que la mission de l’Eufor a pris fin en mars dernier, la résolution 1861 du Conseil de sécurité (14 janvier 2009) prolongeant le mandat de la Minurcat n’a apporté aucun changement de fond au rôle des Nations unies au Tchad. Il faut dire que, selon le rapport de l’ICG, « le régime à NDjamena a tout fait pour résister à une Minurcat renforcée militairement ou, comme mentionné plus haut, politiquement, avec l’aide de la France. Il y a un vrai risque que les troupes gouvernementales essayent de limiter les mouvements des contingents onusiens pour avoir les mains libres pour leurs opérations militaires et les manipulations des milices locales. »
« La joie, le bonheur et le sourire » (Billets d’Afrique n°166, février 2008) que promettait Hervé Morin, ministre de la Défense français, grâce à la présence des forces européennes est donc encore à venir.

RdB

Il y a encore des enfants soldats au Tchad

Le 22 avril dernier, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a identifié 56 gouvernements et groupes armés de quatorze pays qui violent les lois internationales interdisant le recrutement et l´utilisation d´enfants soldats. Parmi les forces gouvernementales qui ont été mentionnées dans six rapports consécutifs du secrétaire général au Conseil de sécurité figurent celles de la république démocratique du Congo et du Tchad.
D’après Human Rights Watch « le Conseil de sécurité avait indiqué qu´il envisagerait l´adoption de sanctions contre les gouvernements et groupes armés qui refusent de mettre fin à leur utilisation d´enfants soldats ». Dans ce cas, il faut aussi demander des comptes au gouvernement et à l’armée française qui soutiennent sans réserve le régime d’Idriss Déby. Un soutien inconditionnel qui perpétue donc l’utilisation d’enfants soldats.
Human Rights Watch a appelé le Conseil de sécurité à imposer des sanctions, notamment des embargos sur les armes, des interdictions frappant les déplacements à l´étranger et le gel d´avoirs, à l´encontre des personnes et parties qui ont persisté à recruter et à utiliser des enfants soldats en violation du droit international. L´organisation a également demandé que des poursuites judiciaires individuelles soient engagées à l´encontre des recruteurs d´enfants devant des tribunaux nationaux ou dans le cadre d´un déferrement devant la Cour pénale internationale

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 180 - Mai 2009. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
Dans la même rubrique
S'abonner à la newsletter