Accueil du site > Billets d’Afrique > 2010 > 187 - Janvier 2010

Billets d'Afrique 187 - Janvier 2010

Télécharger ce numéro en pdf

Édito

Un demi-siècle tout mauvais

Le 21 juin 2009 un communiqué de l’Elysée déclare : « La célébration en 2010 du 50ème anniversaire de l’indépendance de quatorze ex-colonies françaises doit être l’occasion de souligner et de confirmer l’évolution des relations entre la France et l’Afrique subsaharienne qui doivent rester privilégiées tout en étant renouvelées, équilibrées et transparentes ».

Fort bien ! Hélas, dans le même communiqué on lit également : « Le président Nicolas Sarkozy a confié à l’ancien ministre Jacques Toubon "la mission de préparer et d’assurer la mise en oeuvre d’une initiative ’2010 - Année de l’Afrique’" ».

Sans avoir besoin de rappeler la vieille et longue histoire françafricaine de Jacques Toubon, notamment dans le cadre du Club 89, qu’il animait avec des gens comme Michel Aurillac, ancien ministre de la coopération, et Robert Bourgi, qu’on ne présente plus, on a pu se faire une idée de l’ « évolution », des relations « renouvelées », qu’il allait mettre en œuvre, dès les jours suivants. Jacques Toubon en effet est présent à Brazzaville avant, pendant et après l’élection présidentielle du 12 juillet 2009. Il y affiche un zèle outrancier pour Sassou Nguesso, cautionnant un processus électoral plus que douteux, attaquant le représentant de l’UE, Miguel Amado, pour ses critiques, qualifiées d’« ingérence », des conditions électorales. Toubon se démène à Brazzaville flanqué de son compère Patrick Gaubert, député européen UMP, président de la LICRA, celui qui fut accusé par la Fédération Internationale des Droits de l’Homme d’avoir fait pression sur les familles des victimes du massacre du Beach, pour que Sassou puisse faire son propre procès pour innocenter ses sbires, alors qu’un procès était, et est toujours, en cours en France pour ces faits.

On ne saurait imaginer incarnation plus virulente de ce que la Françafrique a eu de pire dans sa longue histoire : mépris du peuple congolais, complicité avec un dictateur établi dans le sang de ses compatriotes, encouragement à la pire gestion mafieuse des richesses d’un pays exsangue. Si on avait voulu ôter toute crédibilité à cette opération du cinquantenaire on n’aurait pas fait mieux.

Mais Sarkozy ne s’est pas contenté d’introniser le vieux cheval de retour Allgood, en chantre de la nouveauté, il a lui-même payé de sa personne. Il faut voir la conférence de presse qu’il a tenue le 16 décembre à l’Elysée, entouré des représentants de 11 pays du bassin du Congo siégeant à la Commission des forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), dont quatre chefs d’États, les présidents Sassou Nguesso du Congo Brazzaville, Biya du Cameroun, Déby du Tchad et Bozizé de Centrafrique. Cette prestation constitue un sketch françafricain caricatural. Aucun humoriste satirique n’aurait imaginé mieux. La séance dure en tout 35 minutes. Nicolas Sarkozy commence par présenter la brochette alignée à la tribune et exposer la question du bassin du Congo pendant huit minutes, puis il répond aux questions pendant dix minutes. A ce moment, il affirme en se tordant de rire (Ah la bonne blague en effet !) « Mais je ne suis pas le porte-parole ».

Denis Sassou Nguesso parle alors pendant cinq minutes pour « saluer les initiatives du Président Sarkozy », Idriss Déby pendant cinq minutes pour « demander à Nicolas Sarkozy d’organiser des réunions pour le sauvetage du lac Tchad », François Bozizé pendant quatre minutes pour « soutenir l’action de la France », Biya pendant deux minutes pour « dire merci » implorer qu’« on secoure financièrement les pays africains » qui sont « derrière le président Sarkozy ».

Dans son introduction Nicolas Sarkozy a demandé « qu’on tourne la page du débat sur la colonisation et la postcolonisation ». Comment le pourrait-on devant cette exhibition grotesque ? On imagine Sankara à cette tribune, comme il aurait dit très haut la réalité et remis les choses et les gens à leur place !


187 - Janvier 2010
Billets d’Afrique

Bulletin mensuel d’information alternative sur les avatars de la politique de la France en Afrique depuis 1994, Billets d’Afrique et d’ailleurs constitue l’un des piliers de notre volonté de mieux informer.

Billets est disponible sur abonnement à Survie (voir formulaire dans cette rubrique) au prix de 25 € par an (30 € pour l’étranger) pour 11 numéros de 12 pages.

Abonnez vous !

Vous pouvez le découvrir dès à présent et télécharger les anciens numéros dans cette rubrique.

S'abonner à la newsletter