Accueil du site > Billets d’Afrique > 2010 > 190 - Avril 2010 > Le poisson d’avril françafricain de Jacques Toubon

Le poisson d’avril françafricain de Jacques Toubon

Publié le 1er avril 2010 par Camille Louis-Bruno

On commençait à s’inquiéter pour la mission « 2010 année de l’Afrique » confiée par Nicolas Sarkozy à Jacques Toubon l’été dernier. On sentait, en effet, depuis le début de l’année, un silence gêné autour de ce projet pourtant annoncé avec tambours et trompettes, Toubon refusant toute interview et annulant au dernier moment une conférence annoncée de longue date à Science Po. Peut-être se réservait-il pour la conférence de presse donnée le 1er avril ? Sans surprise, Jacques Toubon a confirmé qu’il avait les poches vides, annonçant qu’une liste de 250 projets allait être soutenus par son Secrétariat général du Cinquantenaire à hauteur de 16,3 millions d’euros, mais que ces sommes seraient issues des agences de coopération (AFD, Culture France) et des postes diplomatiques.

Un soutien symbolique en somme. Autres nouveautés au programme, un sommet « familial » avec la fine fleur des autocrates françafricains pour célébrer les valeurs de la République en marge des cérémonies du 14 juillet (en plus du fameux défilé militaire déjà annoncé), ainsi qu’un minisommet avec les pays des Grands Lacs en marge du sommet France-Afrique de Nice, le 1er juin.

Pour le reste, en ce jour de farce poissonnière, nous avons eu droit à un discours rappelant la glorieuse époque des colonies et de la Françafrique de papa, dont Toubon est décidément un rejeton bien zélé. Sous un logo d’un goût douteux représentant un globe centré sur la Françafrique et figurant les anciennes colonies et la métropole par des étoiles (ce qui a peut-être inspiré au Nouvel Obs le titre moqueur de L’Empire contre-attaque), les expressions d’un autre temps fusent : « force noire », « plus grande France », et autres hommages vibrants à Savorgnan de Brazza et à l’exploration du Congo qualifiée d’« évènement considérable de l’histoire de l’humanité » ! Rien de moins !

Pourtant, les intentions de « rénovation  » des relations franco-africaines sont toujours vaillamment brandies par Toubon, notamment à propos du sommet « familial » du 13 juillet au cours duquel Sarkozy exprimera « la nouvelle approche française, à l’image du partenariat qui a été conclu avec le Gabon au cours du récent voyage présidentiel ». Peut-être s’agit-il de remettre à ces dirigeants illégitimes la Légion d’honneur en signe d’allégeance, comme cela a été fait avec Ali Bongo ? Pour achever cette farce, Toubon a évoqué la réforme des accords militaires qu’il a qualifiés « d’accords de défiance », dans un savoureux lapsus révélateur.

Malheureusement, ce poisson d’avril au fumet nauséabond risque de rester au menu une bonne partie de l’année…

Camille Louis-Bruno

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 190 - Avril 2010. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter