Réveil parlementaire

Publié le 7 avril 2010 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Une fois n’est pas coutume, saluons la résolution, votée à l’unanimité par les parlementaires français à l’initiative du député PS, Gaétan Gorce : celle-ci demande au gouvernement français de tout mettre en oeuvre pour que l’enquête menée sur la disparition d’Ibni Oumar Mahamat Saleh (Billets d’Afrique, mars 2008) puisse être désormais suivie par un comité composé non seulement de personnalités tchadiennes, mais aussi d’observateurs internationaux, comme le gouvernement tchadien s’y était engagé à l’été 2008.

Si cette résolution, à laquelle s’est opposée le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, reste symbolique et non contraignante, elle n’en est pas moins la bienvenue pour rappeler que « nous ne pouvons nous résigner à ce que, dans un pays où la France exerce une telle influence, un homme tel que M. Saleh ait pu disparaître au nez et à la barbe des autorités diplomatiques et militaires françaises » (Gaëtan Gorce), et ce d’autant plus que les militaires français ne sont peut-être pas étrangers à la décision de le faire disparaître…

Cette résolution avait été précédée d’une audition en commission de Bruno Foucher, ambassadeur de France au Tchad et François Zimeray, ambassadeur pour les Droits de l’homme. En attendant d’avoir sur le site de l’Assemblée la retranscription de leurs réponses, on pourra lire sur le blog de Gaëtan Gorce les très pertinentes questions qui leur ont été posées au sujet de cette disparition et plus généralement de la coopération militaire française dans ce pays.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 190 - Avril 2010. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter