Sans états d’âme

Publié le 7 avril 2010 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

« L’invitation lancée à Charles Mwando Nsimba, ministre de la Défense de la République démocratique du Congo (RDC), pour qu’il assiste avec une délégation au défilé militaire du 21 juillet, jour de la fête nationale belge, a provoqué un tollé à Bruxelles. L’opposition a vivement protesté contre cette invitation, faite de manière unilatérale par Pieter de Crem, le ministre de la Défense, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de l’ancien Congo belge. “Inviter une armée accusée de viols, de pillages et d’exactions à l’encontre des civils, ça va trop loin”, a déclaré Wouter De Vriendt, un écologiste flamand », rapporte Sabine Cessou (Libération.fr, 23 mars), qui note à juste titre : « En France, les armées de quatorze anciennes colonies africaines ont été invitées à défiler sur les Champs- Elysées, le 14 juillet (…) A Paris, le passif de certaines de ces armées, engagées dans des guerres civiles larvées ou appelées à réprimer des manifestations à l’occasion d’élections contestées, ne fait pas débat ». Si les récents officiers putschistes de Guinée ou du Niger ne seront vraisemblablement pas de la fête, pas d’états d’âme en revanche pour célébrer les si douces armées tchadienne, centrafricaine, congolaise, togolaise ou camerounaise…

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 190 - Avril 2010. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter