Contresens

Publié le 25 juillet 2010 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Le spécialiste des questions de défense au Monde diplomatique, Philippe Leymarie, analyse ainsi les efforts français pour impliquer les autres Etats européens dans les interventions ou la coopération militaire en Afrique : « En fait, la diplomatie française (...) s’efforce de passer le relais de la sécurité en Afrique – son “joujou” pendant les cinquante ans qui avaient suivi les indépendances – à l’Union européenne, qui peine à s’en saisir (...). Au prix de ce dessaisissement au profit de l’échelon européen, qui est aussi une dilution et de fait un abandon, l’Etat français se sent les mains plus blanches – et la bourse moins percée ! » (Blog Défense en ligne, 31 mai)

S’il s’agit effectivement de partager le coût de certaines opérations, on voit mal, au regard des quatre interventions militaire européennes qui se sont déroulées en Afrique, ce qui autorise à parler d’« abandon » français. Dans certains cas, il s’agissait simplement de dissimuler des manœuvres tricolores derrière le drapeau européen (RDC en 2003, Tchad et Centrafrique en 2008).

Dans d’autres, le multilatéralisme est réel, reflétant directement l’existence d’intérêts économiques partagés (RDC en 2006, Golfe d’Aden aujourd’hui), mais la France n’a jamais caché sa volonté de conserver le leadership sur ces interventions comme sur la définition de la politique européenne de sécurité et de défense en Afrique.

En témoigne encore l’annonce, alors que la France va prendre la direction de l’opération Atalante contre la piraterie au large des côtes somaliennes, d’un renforcement de ses moyens militaires sur place, avec l’envoi prochain du porte-avion Charles de Gaulle, et d’un groupe aéronaval comprenant des frégates de lutte antiaérienne et anti-sous-marine, un sous-marin nucléaire d’attaque et un bâtiment de ravitaillement.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 193 - Juillet 2010. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter