Accueil du site > Billets d’Afrique > 2010 > 195 - octobre 2010 > Bolloré n’en finit pas de désenclaver l’Afrique

Bolloré n’en finit pas de désenclaver l’Afrique

Publié le 7 octobre 2010 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Bonne nouvelle pour le groupe Bolloré, qui contrôle Sitarail, la société qui exploite le chemin de fer reliant Ouagadougou à Abidjan ! Celle-ci s’apprête à engager des travaux pour réhabiliter le prolongement du rail jusqu’à Kaya (La lettre du continent n°594).

L’intérêt, pour Bolloré, bien implanté sur le port d’Abidjan, serait de transporter le manganèse issu des mines de Tambao situées plus au nord.

Mieux, les travaux de réhabilitation seront financés par un prêt de la Banque mondiale à la Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, prêt qui sera ensuite mis à la disposition de Sitarail !

Ce que ne dit pas la Lettre du Continent, c’est que le Burkina de Thomas Sankara avait sollicité des prêts à la même Banque mondiale afin de prolonger le rail jusqu’à Kaya, environ 80 km. La banque mondiale avait alors refusé arguant que l’exploitation du gisement de Tambao n’était pas rentable.

Refusant de se laisser imposer ses choix, Sankara et ses amis lancèrent « la bataille du rail ». Et ce sont les burkinabés qui, à tour de rôle, vinrent travailler, avec des moyens rudimentaires, sur le chantier du prolongement du rail, aidés notamment par les cubains. Un chantier auquel participèrent aussi de nombreuses personnalités françaises, invitées au Festival Panafricain de Ouagadougou.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 195 - octobre 2010. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter