Le Chinois est fourbe

Publié le 4 novembre 2010 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

En tournée africaine, la secrétaire d’Etat chargée du commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, y est allée de son couplet sur la présence chinoise, qui pose selon elle essentiellement « la question de la loyauté, en particulier de la loyauté de la concurrence, de la loyauté en termes sociaux, de la loyauté en termes environnementaux, en termes de condition de travail des personnes qui sont employées, en termes de transfert de technologie, en termes de formation. » (RFI, 17 octobre)

Autant de domaines dans lesquels les entreprises françaises ont, bien entendu, toujours été exemplaires. Question du journaliste : « Vous voulez dire que les Chinois ne sont pas loyaux ? » Réponse : « C’est une interrogation que l’on peut avoir quand on nous parle de conditions de travail, ou quand on a du mal à voir les programmes de formation qui sont associés à telle ou telle intervention chinoise par rapport à ce que les entreprises européennes font ou s’engagent à faire. » Tout est dans le « ou  » !

Certes, les cas sont nombreux où les salariés africains des entreprises chinoises ont été traités comme des quasi-esclaves et où les mouvements de protestation ont été violemment réprimés, parfois dans le sang. Mais la France est mal placée en la matière pour faire la leçon et ferait bien de balayer devant la porte de quelques-unes de ses entreprises...

Et on pouffe carrément quand Mme Idrac ajoute : « Les pays occidentaux, les pays européens se donnent beaucoup de mal pour désendetter [sic]. C’est des efforts non négligeables, de la part des pays occidentaux, et c’est un petit peu troublant, ou inquiétant, dans notre relation avec nos amis africains, de voir que quelquefois, ils peuvent être réendettés par les Chinois, surtout lorsque cela peut sembler être avec des gages sur les matières premières, qui ne répondent pas justement à l’idée de maîtrise. ».

Des procédés que ne pratiquent bien entendu pas les banques françaises comme BNP-Paribas...

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 196 - novembre 2010. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter