Accueil du site > Billets d’Afrique > 2010 > 197 - décembre 2010 > De l’art de formater les esprits

De l’art de formater les esprits

Publié le 3 décembre 2010 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

L’Elysée fait payer une partie de ses dépenses de sondages par Matignon via le Service d’information du gouvernement (SIG) selon le rapport du député PS, Jean Launay, sur les crédits alloués à l’Elysée en 2011.

Delphine Batho (PS) a dénoncé une « annexion du SIG par la présidence » et a interpellé Henri de Raincourt, ministre des Relations avec le Parlement sur « l’existence d’un contrat » de « 120 millions attribué le 30 juin par le SIG à Aegis [géant britannique de l’achat médias, ndlr], dont Vincent Bolloré est actionnaire [30% du capital, ndlr], qui entrera en vigueur au 1er janvier 2011 pour divers conseils en communication, notamment pour la mise en oeuvre de story telling ».

Quand « l’art de raconter des histoires » devient l’art de « formater les esprits » pour les aliéner résumait Christian Salmon dans son essai Story telling, La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits…

C’est un peu comme la belle histoire de l’Afrique désenclavée grâce au groupe Bolloré qu’aiment raconter les dirigeants du groupe…

Le ministre a répondu : « Il n’y a aucun contrat nouveau de cette nature qui ait été signé le 30 juin ». Il y a eu, a-t-il dit, « effectivement un contrat de 110 millions » mais il a été « passé en 2006 sur quatre ans ».

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 197 - décembre 2010. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter