Accueil du site > Billets d’Afrique > 2011 > 198 - Janvier 2011 > Les médias français vus par les autorités américaines

Les médias français vus par les autorités américaines

Publié le 6 janvier 2011 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Un télégramme sur l’engagement de Washington auprès de la communauté musulmane de France, mis en ligne par Wikileaks, dresse un rapide bilan sur les médias français. Les trois paragraphes, relevés par l’ACRIMED, éclairent entre autres le traitement de l’actualité francoafricaine en France :

« 17. Les grands journalistes français sont souvent issus des mêmes écoles d’élite que de nombreux responsables gouvernementaux. Ces journalistes ne considèrent pas nécessairement que leur rôle premier soit de surveiller le pouvoir exécutif. Nombre d’entre eux se voient davantage comme des intellectuels, et préfèrent analyser les événements et influencer leurs lecteurs plutôt que de rapporter les événements.

18. Le secteur privé des médias en France (presse écrite, TV et radio) continue d’être dominé par un petit nombre de conglomérats, et les médias français sont davantage régulés et soumis aux pressions politiques et commerciales que leurs homologues américains. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, créé en 1989, nomme les dirigeants de l’ensemble des chaînes de télévision et stations de radio publiques et surveille leur contenu politique.

19. L’accès à Internet se développe de manière continue en France, notamment chez les jeunes générations, et remplace rapidement les médias traditionnels. Toutes les grandes chaînes de télévision et stations de radio ont leur propre site Internet, tout comme les grands organes de presse écrite. Les blogs sont un moyen de communication de plus en plus populaire pour les minorités et les ONG, qui les utilisent pour exprimer des opinions qu’ils estiment ne pas retrouver dans les médias traditionnels ».

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 198 - Janvier 2011. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter