Accueil du site > Billets d’Afrique > 2011 > 201 - Avril 2011 > Côte d’Ivoire : Simon l’apologiste

Côte d’Ivoire : Simon l’apologiste

Publié le 26 avril 2011 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Dans une interview au Figaro (15 mars), l’ambassadeur français en Côte d’Ivoire – récusé par Laurent Gbagbo – fait preuve d’une mauvaise foi affligeante. Oubliant les affrontements meurtriers du 16 décembre, Jean-Marc Simon loue l’« immense patience » de Ouattara pour ne pas avoir lancé ses partisans dans la rue avant la mi-janvier. C’est pourtant l’appel à la prise de la radio-télévision ivoirienne par le camp Ouattara qui a provoqué ces premiers affrontements entre forces loyales à Gbagbo et partisans de Ouattara – comprenant des civils et des rebelles. Simon se moque de nous lorsqu’il déclare : « Je ne vois pas de prémices d’une guerre civile ». Bien plus que d’un aveuglement, il s’agit d’une stratégie délibérée : simuler l’isolement du « clan » Gbagbo dans la société, nier la profonde division des Ivoiriens et le fait que la France joue une partie de la population contre l’autre. Mais lorsqu’il dénonce les « attaques [...] lancées dans l’ouest par les soldats et les mercenaires libériens de Laurent Gbagbo […] repoussées avec succès par les Forces républicaines », ce laudateur de la rébellion – rebaptisée Forces Nouvelles en 2003, puis Forces républicaines aujourd’hui – perd toute crédibilité. C’est bien une offensive rebelle que l’ouest ivoirien subit depuis fin février, avec la prise de cinq villes le long de la frontière libérienne et le premier port cacaoyer mondial en ligne de mire – San Pedro. Depuis début décembre, 100 000 Ivoiriens se sont réfugiés au Liberia.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 201 - Avril 2011. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter