Accueil du site > Billets d’Afrique > 2011 > 201 - Avril 2011 > Les grosses ficelles de Déby

Les grosses ficelles de Déby

Publié le 26 avril 2011 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

« Les islamistes d’Al-Qaïda ont profité du pillage des arsenaux en zone rebelle pour s’approvisionner en armes, y compris en missiles sol-air  ». «  C’est très grave. Aqmi est en passe de devenir une véritable armée, la mieux équipée de la région », s’est inquiété le président tchadien, certain « à 100% » de ses affirmations, (Jeune Afrique, 28 mars). L’intervention militaire lancée « peut avoir de lourdes conséquences en matière de déstabilisation régionale et de dissémination du terrorisme en Europe, en Méditerranée et en Afrique ». Rien que ça ! Fortement soupçonné d’avoir fourni à Kadhafi des mercenaires, Déby, qui a destabilisé le Darfour voisin, a surtout besoin de se dédouaner. Et tant pis si la ficelle du « terrorisme islamique » est aussi épaisse qu’un bazooka. Bien sûr, il dément le recrutement de mercenaires mais « n’exclut pas que certains Tchadiens vivant en Lybie aient pu, d’une manière ou d’une autre, participer aux combats à titre individuel ». Selon, Ali Zeidan, porte-parole de la Ligue libyenne des Droits de l’homme, « il y a près de 25 000 mercenaires en Libye, mais tous n’ont pas encore été déployés. Ils sont dirigés par deux généraux tchadiens aux ordres de l’ambassadeur du Tchad en Libye, Daoussa Deby, le propre frère du président tchadien Idriss Deby ». Comme le ridicule ne tue pas, au contraire de sa soldatesque, Déby a même le culot inouï de déclarer : « Ce qui m’inquiète, c’est ce qui se passe aujourd’hui en Libye et les risques d’implosion de ce pays ». Les Tchadiens, sous sa férule depuis 1991, aimeraient sans doute qu’il ait ce souci pour son propre pays, épuisé par d’innombrables guerres.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 201 - Avril 2011. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter