Accueil du site > Billets d’Afrique > 2011 > 203 - Juin 2011 > Bolloré désenclave totalement la Guinée

Bolloré désenclave totalement la Guinée

Publié le 14 juin 2011 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

On ne croyait pas si bien dire à la lumière de l’obtention, très controversée, de la concession du port de Conakry (PAC) par le groupe Bolloré. « Un monopole privé global », « Dans aucun port africain ou européen, il n’existe une exclusivité totale sur toutes les opérations et sur tous les types de fret », cela revient à « mettre le commerce extérieur de la Guinée sous le contrôle d’un seul opérateur durant vingt-cinq ans ». C’est la conclusion de l’audit du cabinet Inecor (Lettre du continent n°611) à propos de cette concession obtenue le 10 mars.

Arrivé au pouvoir en décembre dernier, le nouveau président guinéen, Alpha Condé l’avait, en effet, attribuée par décret prétextant une « défaillance » de Getma/Necotrans, qui avait obtenu ce marché en 2008 pour une durée de vingt-cinq ans après un appel d’offres.

Devant la polémique qui enfle et la bataille judiciaire qui se profile, le groupe Bolloré est contraint de faire marche arrière en signant prochainement un avenant à la convention qui re­viendrait à l’ancien périmètre de 2008, soit 120 000 m2 au lieu des 250 000 m2.

Sans rire, Bolloré affirme avoir été mis devant le fait accompli par les autorités guinéennes pour gérer l’ensemble des activités du PAC (Lettre du continent n°611). A l’insu de son plein gré ? Le tribunal de commerce de Nanterre, en région parisienne, a ordonné le 26 mai à Bolloré de communiquer à Getma la nouvelle convention, sous peine de devoir payer 10 000 euros par jour de retard.

Ce sera l’occasion de vérifier si cette convention recèle d’autres faveurs comme des redevances de concession inchangées malgré l’extension initiale ou la facturation aux usagers au détriment du port de Conakry. « En mars, Getma a porté plainte [ndlr : contre X] à Paris pour corruption internationale contre la décision du gouvernement guinéen, accusant notamment Vincent Bolloré (...) d’avoir financé la campagne électorale d’Alpha Condé via l’agence de communication Euro RSCG. » (AFP, 31 mai)

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 203 - Juin 2011. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter