Wade père et fils au tapis

Publié le 11 juillet 2011 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Comme dans le laamb, la lutte sénégalaise, le président sénégalais, Abdoulaye Wade a mordu la poussière et a pu mesurer, le 23 juin, le niveau de conscience citoyenne de son peuple qui s’est massivement soulevé contre une énième modification de la constitution, instaurant l’élection simultanée du président et d’un vice-président.

Accompagné d’une mesure permettant une victoire au premier tour avec seulement 25% des suffrages exprimés, ce projet préparé en catimini était taillé sur mesure pour, non seulement assurer la victoire à Wade en février 2012, mais aussi verrouiller le pouvoir en cas d’empêchement du président.

Sous la pression populaire et de violentes émeutes (une centaine de blessés), le projet a été retiré mais le mal est fait et Wade n’a jamais semblé aussi éloigné des Sénégalais dont les revendications sociales continuent d’occasionner des émeutes ça et là.

La situation est donc à suivre de près, d’autant plus que la machine françafricaine pourrait s’y mêler davantage dans les prochains mois avec des réseaux s’intéressant à Idrissa Seck, l’ancien Premier ministre de Wade et candidat dissident ainsi que Karim Wade, le fils de son père, les deux bénéficiaires probables de la tentative avortée de modification de la constitution.

Le web a également beaucoup commenté une vidéo montrant Nicolas Sarkozy présenter Karim Wade au président américain en marge de la séance de photo officielle du sommet du G20 à Deauville. Par ailleurs, selon afrik.com, il aurait téléphoné en catastrophe dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 juin à un proche de Nicolas Sarkozy en réclamant l’intervention de l’armée française ! Vrai ou pas, les Sénégalais ont déjà exprimé à maintes reprises par les urnes leur refus de voir Karim Wade jouer un rôle politique à la suite de son père.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 204 - Juillet Août 2011. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter