Accueil du site > Billets d’Afrique > 2011 > 207 - novembre 2011 > La France et le Gabon consignent un militant d’ATTAC

La France et le Gabon consignent un militant d’ATTAC

Publié le 7 novembre 2011 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Arrivé à l’aéroport Charles de Gaulle dans la nuit 20 octobre, le militant d’Attac Gabon Julien N’Kolo Reteno s’est vu refuser l’accès au territoire français par la police des frontières, malgré un visa en règle, avant d’être renvoyé à Libreville le lendemain.

Selon les informations fournies à Attac Gabon par la police, il aurait fait l’objet « d’un signalement au fins de non admission par la Direction de la surveillance du territoire (...) un ou plusieurs États membres estimant que Monsieur Julien N’Kolo Reteno constitue une menace pour l’ordre public et pour un ou plusieurs États membres au sens de l’article 2, point 19 du règlement (CE) N°562/2006 (Code des frontières Schengen) » ; une « menace » qui aurait été indiquée à la DST par les services gabonais.

La base légale de cette interdiction semble bien fragile... au point que les autorités françaises se sont engagées, dans une négociation avec l’intéressé, à prendre en charge transport et hébergement lors d’un déplacement futur, mais à des dates moins « menaçantes », en tout cas après le 4 novembre. Car, pure coïncidence sans doute, ce militant de la société civile gabonaise a été déclaré persona non grata par la France jusqu’à la fin du G20 de Cannes et de la mobilisation internationale organisée à Nice du 1er au 4 novembre.

Et il était sans doute dangereux de le laisser rentrer avant : Ali Bongo était justement en visite officielle en Europe du 24 ou 26 octobre et notamment à Paris, où il devait ouvrir la première session du Forum des dirigeants de la conférence générale de l’UNESCO, ayant pour thème « Comment l’UNESCO contribue-t-elle à l’édification d’une culture de la paix et au développement durable ? ».

La réponse est toute trouvée : en offrant une tribune à des dictateurs et en laissant étouffer les voix contestataires sans réagir.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 207 - novembre 2011. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter