Accueil du site > Billets d’Afrique > 2011 > 207 - novembre 2011 > Ne pas toucher aux havres de la criminalité

Ne pas toucher aux havres de la criminalité

Publié le 7 novembre 2011 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Le secret bancaire qui caractérise les paradis fiscaux n’est pas utile qu’aux contribuables, riches individus ou grandes entreprises, désireux d’échapper à la contribution à la société que représente l’impôt.

Leur opacité permet en effet aussi de protéger, à la faveur de quelques montages financiers, les opérations les plus criminelles, dont les trafics de minerais et d’armes, barbouzeries en tout genre, financement souterrain de mouvements armés... autant de « petites astuces » dont raffolent des piliers de la Françafrique, en particulier les services secrets et les entreprises. Sans oublier le boulevard que ces places offshore ouvrent à la corruption dans les hautes sphères, en France comme partout ailleurs.

Tout un aspect de leur nocivité que les autorités « oublient » malencontreusement lorsqu’elles prétendent lutter contre les paradis fiscaux en confiant une hypothétique fonction de régulation à des administrations fiscales par ailleurs dépourvues de moyens.

Des havres de criminalité que les accords de coopération fiscale promus par l’OCDE et ses pays membres protègent donc pleinement, en préservant de fait le secret bancaire.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 207 - novembre 2011. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter