Accueil du site > Billets d’Afrique > 2011 > 208 - décembre 2011 > Djibouti - Wikileaks : des mercenaires en eaux troubles

Djibouti - Wikileaks : des mercenaires en eaux troubles

Publié le 1er février 2012 (rédigé le 13 décembre 2011) par Rafik Houra

Il y a un an, Wikileaks et quelques partenaires de la presse internationale commençaient la publication au compte-goutte de télégrammes de la diplomatie américaine. A l’occasion de cet anniversaire, nous revenons sur l’un des tout premiers câbles publiés par le New-York Times, indexé 09DJIBOUTI113.

Le 30 novembre 2010, on apprenait ainsi les conditions dans lesquelles Blackwater avait projeté de se lancer, au printemps 2009, dans la sécurité maritime. La sulfureuse société de mercenaires américaine avait racheté puis équipé le MV McArthur pour en faire un navire de chasse au pirates somaliens et vendre ses services d’escorte aux navires commerciaux.

Le journal américain révélait surtout le mode opératoire prévu par les mercenaires : « Blackwater n’a aucune intention d’arrêter des pirates, mais utilisera la force meurtrière contre les pirates si nécessaire ».

Pas de quartier !

Il ressort du câble que Blackwater est préoccupé à l’idée de faire des blessés parmi les pirates : « Tout en affirmant que le droit maritime international permet l’utilisation de la force létale contre les pirates, Blackwater reconnaît aussi la nécessité de respecter les obligations internationales en matière de Droits de l’homme. Une préoccupation, par exemple, est de savoir si Blackwater serait responsable d’assister les pirates blessés, si faire ainsi remettait en cause la capacité de Blackwater à protéger ses clients. » Pas de quartier !?

Malgré ses méthodes expéditives, début février 2009, Blackwater obtient l’assentiment d’Hassan Saïd Khaireh, le grand patron de la sécurité du président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh. Finalement, alors que des plaintes pour discrimination raciale et excès d’autorité à bord du patrouilleur McArthur étaient déposées, Blackwater aurait renoncé à se lancer dans la lutte contre la piraterie.

Mais comme l’a souligné le journaliste Nicolas Gros- Verheyde sur son blog , le câble explique que « pour les urgences médicales, Blackwater a négocié l’accès à Bouffard, l’hôpital militaire français de Djibouti » et « Bruno Pardigon, directeur général de la nouvelle Djibouti Maritime Security Services (DMSS), fournira à Blackwater un agrément ».

Le franco-djiboutien Bruno Pardigon a en effet obtenu, par décret présidentiel du 12 février 2009 – donc quelques jours après l’entrevue du représentant de Blackwater avec Khaireh -, que les demandes d’agrément en matière de sécurité maritime soient traitées par DMSS.

Un second câble, 09DJIBOUTI1333, de novembre 2009, donne les nouveaux tarifs pratiqués : $5000 au lieu de $15000/mois pour un permis d’armes en simple transit. Quant au statut de DMSS, « Pardigon a facilement admis que c’est une entreprise commerciale et une opportunité pour faire de l’argent pour lui et le gouvernement djiboutien, mais il a été clair sur le fait qu’il n’est qu’un intermédiaire pour le gouvernement. Tous les permis et autorisations sont signés du conseiller national pour la sécurité du président de Djibouti, Hassan Saïd Khaireh. »

Interrogé sur le nombre de licences délivrées, « Pardigon a déclaré qu’il en délivre approximativement quatre à cinq par mois », citant les firmes anglo-saxones G4S, Secure West et Trident Group.

À cette liste, selon Intelligence Online (16 décembre 2010), il faut ajouter Triskel. Enregistrée à Londres et fondée en 2008 par Massimo Cauci, un ancien légionnaire, cette société emploie d’anciens nageurs de combat français. Le bureau djiboutien de Triskel est dirigé par Gilles Capelle, un ancien du Centre Parachutiste d’Entraînement aux Opérations Maritimes, une branche du service action de la DGSE.

Pendant un peu plus d’un an, un sergent de la marine britannique, Craig Shaw, « dirigeait une équipe de six hommes armés qui embarquait sur les cargos des armateurs clients de Triskel  » avant de se retrouver à la tête de l’antenne britannique de Saracen International et travailler pour le compte du gouvernement de transition somalien et des autorités du Puntland.

Selon le rapport du Groupe de contrôle sur la Somalie et l’Érythrée du 18 juillet dernier, suite à des contacts entre les dirigeants de Saracen International et Blackwater, le patrouilleur McArthur, rebaptisé Eaton et un second navire, le Seafarer, sont exploités par Saracen (Sarrazin – sic). En 2010, les deux navires opéraient à partir de Djibouti, avec une licence accordé par DMSS et des armes à bord louées au gouvernement djiboutien.

Pour le Groupe de contrôle, les activités de Saracen en Somalie et au Puntland sont une violation délibérée de l’embargo sur les armes en Somalie et pourraient « créer la force militaire locale la mieux équipée de toute la Somalie. »

Devant les pressions, Saracen a finalement suspendu ses programmes en Somalie et au Puntland.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 208 - décembre 2011. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter