Accueil du site > Billets d’Afrique > 2012 > 214 - juin 2012 > La bonne gestion forestière congolaise vue de la Sorbonne et de (...)

La bonne gestion forestière congolaise vue de la Sorbonne et de Rio

Publié le 12 juin 2012 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Le 1er juin, le ministre de l’Economie forestière, de l’Environnement et du Développement durable du Congo-Brazza, Henri Djombo, a donné une conférence de presse dans les locaux de la Sorbonne.

Comme l’explique l’AFP, il s’agissait pour lui de présenter « un projet d’accord de coopération entre les pays des trois grands bassins forestiers tropicaux, pour une gestion durable des forêts ». Cet accord devrait être signé en marge du prochain sommet du développement durable Rio+20 (20/22 juin), où le Congo sera le porte-parole des 54 pays d’Afrique en la personne du président Sassou Nguesso.

Le Congo est chargé aussi de préparer les conditions de signature de l’accord entre les bassins forestiers. Le projet concerne les bassins du Congo (3 millions de km2), de l’Amazonie (6 millions de km2) et de Bornéo-Mékong (759 000 km2), qui constituent 80% des forêts tropicales de la planète et abritent les deux tiers de la biodiversité, a rappelé M. Djombo.

Les 31 pays de ces bassins ont reconnu la nécessité de bâtir une plateforme d’échanges d’informations et d’expériences sud-sud sur les questions forestières, a-t-il indiqué à l’AFP. Parmi les problèmes communs, il a cité la gestion durable des forêts, « un sujet très complexe, la certification forestière, la valorisation de la biodiversité, la recherche forestière, les financements, ou la préservation de la forêt. »

Autant de domaines où, assurément, le Congo-Brazzaville est un maître incontesté... du moins du point de vue des industries forestières qui pillent et dévastent le pays. Voilà qui ne va pas assurer ATTAC France qui, à juste titre, a dénoncé par anticipation la confiscation par l’industrie du green-business du nécessaire débat sur les alternatives sociales et écologiques que ce sommet mondial aurait dû permettre.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 214 - juin 2012. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter