Accueil du site > Billets d’Afrique > 2012 > 216 - septembre 2012 > Evidemment, l’armée française a été déployée au Sahel

Evidemment, l’armée française a été déployée au Sahel

Publié le 21 septembre 2012 (rédigé le 3 septembre 2012) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

La nécessité et la légitimité d’une implication de l’armée française au Sahel ne semble pas provoquer une once de débat. Et quand Laurent Fabius est interpellé lors de la session extraordinaire de l’Assemblée Nationale sur son positionnement sur cette situation, il répond que « la France entend mobiliser ses propres forces, y compris financières », provoquant un tonnerre d’applaudissements parmi les députés.

Louis Gautier, spécialiste socialiste des questions de défense à la fondation Jean Jaurès, pressenti pour prendre un jour la tête de la DGSE, affichait aussi une belle assurance dans un entretien au Nouvel Observateur le 14 juillet : « Il faut traiter la question du Mali, non pas sur le plan économique et financier, mais sur le plan stratégique : est-ce les conditions sont réunies pour une intervention ? Quels en sont les risques ? Que fera-t-on au Mali ? Ramener le pouvoir à Bamako ? Libérer le nord ? Chasser Al-Qaïda au Maghreb islamique. Pour l’instant, on n’a pas encore dégagé de réponses mais il y aura sans doute des arbitrages. ».

C’est maintenant officiellement chose faite : depuis le 27 août on sait que l’opération du Commandement des Opérations Spéciales (COS) au Sahel porte le doux nom de Sabre. D’après Jean-Dominique Merchet, les forces spéciales françaises ont été déployées en Mauritanie, au Burkina et « de manière moins permanente »(!) au Niger. Surtout, d’après nos informations, le COS est aussi présent au Mali, notamment des éléments du 1er RPIMA.

Sans un commencement de débat, l’armée française s’est donc déployée au Sahel et au Mali en particulier, probablement pour un long moment.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 216 - septembre 2012. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter