Potentats sélectionnés

Publié le 19 septembre 2012 (rédigé le 3 septembre 2012) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Dans Le Canard Enchaîné du 14 août, Sorj Chalandon signe, en première page, un article sous le titre « Six potentats en cent jours à l’Élysée ». Son indignation vise les « monarques autoritaires » du Barheïn, du Qatar, du Maroc, de Jordanie, ainsi que les princes héritiers d’Arabie saoudite et d’Abu Dhabi. Et puis c’est tout.

La courte vue de Sorj Chalandon n’a pas aperçu les réceptions d’Alpha Condé le 2 juillet, qui réprime durement son opposition, d’Ali Bongo le 5 juillet, qui utilise la force contre toute manifestation d’opposants, d’Alassane Ouattara le 26 juillet, responsable des exactions contre ses opposants perpétrées par son armée, encadrée par des chefs soupçonnés de crimes contre l’humanité, et au lendemain même du massacre du 23 juillet dans le camp de réfugiés de Nahibly.

Sorj Chalandon n’a pas entendu non plus Laurent Fabius célébrer les bonnes relations de la France avec les potentats Idriss Déby, qui torture et massacre ses opposants, Blaise Compaoré, qui réprime toute opposition.

Le journalisme parisien BCBG est traditionnellement aveugle et sourd à toute violation des Droits humains chez les potentats africains francophones des tropiques. Est-ce qu’il y a même des populations humaines dans ces régions sauvages ?

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 216 - septembre 2012. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter