Accueil du site > Billets d’Afrique > 2012 > 216 - septembre 2012 > Tartufferies francophones à Bangui

Tartufferies francophones à Bangui

Publié le 21 septembre 2012 (rédigé le 3 septembre 2012) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Billets d’Afrique avait déjà souligné l’incongruité qu’il y avait à nommer le Burundais Pierre Buyoya chef des observateurs de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Un « démocrate » dont le passé de major, de putschiste puis de président à la botte de Paris rendait l’expertise particulièrement pertinente. Médiateur en Centrafrique toujours pour le compte de l’OIF, Buyoya croyait voir, en mars dernier, un début de dialogue entre le pouvoir et l’opposition qu’il fallait encourager.

Un autre grand « démocrate » de la même trempe, Idriss Déby, souhaite encourager le président centrafricain François Bozizé et la classe politique centrafricaine à mieux dialoguer (Jeune Afrique, août 2012). Car c’est bien connu, le dialogue politique tchadien est exemplaire au point de s’exporter !

« J’en ai profité pour insister auprès de mon frère Bozizé afin qu’il libère le détenu Jean-Jacques Demafouth, chef d’un mouvement politico-militaire et donc acteur de ce dialogue. Il est donc pour le moins étonnant que l’on me prête, dans le cas que vous évoquez, des intentions contraires. Je suis allé à Bangui pour apaiser la situation, pas pour jeter de l’huile sur le feu ou me préoccuper de quelqu’un qu’au demeurant je ne connais pas et qui n’est pas tchadien. ».

Et si Déby commençait par vider ses geôles ?

Quant à Bozizé, l’ancien chef rebelle, porté au pouvoir par le Tchad et la France en 2003, il « dialogue » à sa façon : le 18 août, Thierry Ndoyo, coordinateur général du collectif « Touche pas à ma constitution » était arrêté sans motif à l’aéroport de Bangui. Relâché le lendemain, Ndoyo a bien compris qu’il s’agissait d’une intimidation.

Une arrestation qui donne corps aux accusations de l’opposition qui soupçonne Bozizé de vouloir modifier la Constitution pour s’offrir un troisième mandat. Avec la bénédiction de l’OIF ?

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 216 - septembre 2012. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter