Accueil du site > Billets d’Afrique > 2012 > 218 - novembre 2012 > Qu’est-ce qui se cache Ladsous ? La chasse gardée de la France à (...)

Qu’est-ce qui se cache Ladsous ? La chasse gardée de la France à l’ONU

Publié le 18 décembre 2012 (rédigé le 7 novembre 2012) par Mathieu Lopes

Le « chef de l’armée du monde », selon le titre pompeux du Journal du Dimanche (JDD, du 6 mai 2012) est un Français méconnu : Hervé Ladsous. Ancien chef de cabinet de Michèle Alliot-Marie puis d’Alain Juppé, il dirige, depuis 2011, le Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, communément appelé DPKO [1].

Hervé Ladsous

Le DPKO, c’est une tradition française. Comme cela a déjà été relaté dans Billets d’Afrique, le DPKO, créé en 1992, a été dirigé par des Français sans discontinuer depuis 1997. Matthew Russel Lee, journaliste d’investigation indépendant deInner City Press (ICP), relevait, lors de la nomination de Ladsous à la tête du DPKO, que c’est un autre Français, Jérôme Bonnafont, qui était initialement pressenti.

Cette nomination appelait le commentaire suivant de Mathew Lee, en septembre 2011 :

« Inner City Press a demandé au nouveau porte- parole de Ban [Ki Moon], Eduardo del Buey, de décrire le processus de sélection et si un seul des finalistes n’avait pas été français. Sa réponse a été générale, affirmant que l’ensemble des sélections à l’ONU, comme celle- ci, était transparente. Mais il en est autrement pour le chef du maintien de la paix, comme pour tous les postes de sous-secrétaires généraux. Kofi Annan « donna » le DPKO à la France alors qu’il était secrétaire général. De Jean-Marie Guéhenno, le poste passa à Alain Le Roy, et maintenant à un troisième Français d’affilée [2]. Il est utile à la France d’avoir le DPKO : encore cette semaine, à Paris, Nicolas Sarkozy s’est vanté de l’intervention militaire de son pays en Côte d’Ivoire et en Libye [3]. Comme révélé dans les documents exclusifs que Inner City Press a publiés, cela ne pose aucun problème à la France d’utiliser le DPKO pour favoriser ses intérêts économiques. »

Depuis, le journaliste a exhumé le passif de Ladsous dans plusieurs dossiers françafricains et a régulièrement critiqué sa gestion du DPKO, jusqu’à interroger sa réelle compétence pour le poste. En réaction, Hervé Ladsous a décidé de ne plus répondre aux questions de Matthew Lee, de manière plutôt abrupte au regard de l’atmosphère toute diplomatique qui règne aux conférences de presse de l’ONU.

Hervé Ladsous et le Rwanda

Peu après sa prise de fonction, Inner City Press a interrogé Ladsous sur le Rwanda en 1994 et la position française « qui consista à soutenir les massacres menés par le colonel Theoneste Bagosora », alors qu’Hervé Ladsous était le représentant adjoint de la France à l’ONU.

Ladsous esquiva la question, en disant dédaigneusement que « le Rwanda c’était il y a quinze ans ». Dans le panégyrique du JDD, le « génocide au Rwanda » ainsi que le siège de Sarajevo sont évoqués ainsi : « Deux épisodes qui ont illustré la faiblesse de l’ONU, accusée d’être devenue complice des horreurs commi­ses sous ses yeux dans ces deux pays meurtris. “À la surface, oui, ce sont des échecs des Nations unies, confesse Ladsous, mais ce sont avant tout des échecs de la communauté des États qui composent l’ONU, parce que le mandat n’avait pas été défini de manière claire, réaliste ou raisonnable. Il faut avoir le courage de dire aux États qu’ils ne peuvent pas nous demander de faire des miracles.” »

Hervé Ladsous est pourtant particulièrement bien placé pour savoir quels sont les rouages de ces échecs. C’est lui qui représentait la France lors de la séance du Conseil de sécurité du 21 avril 1994 qui vota la diminution des effectifs de la MINUAR [4] au Rwanda. Lors de cette séance, le génocide des Tutsi avait commencé depuis quinze jours.

Or, d’après de hauts gradés français de l’époque, moins de 2000 hommes auraient alors suffi pour arrêter le génocide. Quelques semaines plus tard, la France, arguant de la passivité de la communauté internationale, intervenait au Rwanda via l’Opération Turquoise, alors qu’elle avait justement contribué à cette passivité en votant la réduction de la MINUAR à 10% de ses effectifs.

Il est vrai qu’un commandement 100% français a permis à la France de mener une opération ambiguë mi-humanitaire, mi-soutien au régime génocidaire, ce que n’aurait probablement pas permis la MINUAR.

Et c’est justement depuis Turquoise, très contestée, que la France s’efforce – le plus souvent – d’obtenir un mandat de l’ONU pour ses opérations. Le hasard faisant bien les choses, le DPKO est aux mains des Français depuis 1997. Autre heureux hasard : d’après le Journal du Dimanche, c’est à la demande d’Alain Juppé, un des plus fervents défenseurs de l’action de la France au Rwanda, qu’Hervé Ladsous avait finalement été préféré pour le poste.

Ben Ali, Sahara Occidental, Haïti : les autres questions qui dérangent

Mais le Rwanda n’est pas la seule casserole que traîne Ladsous. D’après Matthew Lee, ce n’est autre que Ladsous, alors chef de cabinet de Michèle Alliot-Marie, qui aurait organisé les scandaleux voyages de la ministre dans l’avion d’un homme d’affaire proche du dictateur tunisien Ben Ali.

Sur la question des conflit d’intérêts, le journaliste d’Inner City Press pose aussi les questions en interpellant le responsable du DPKO sur ses anciennes fonctions diplomatiques dans lesquelles il a défendu la position française et sa gestion, aujourd’hui, de situations où la France n’est pas neutre.

À la mi-octobre 2012, le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Juan Mendez, faisait état de cas de torture perpétrés par les autorités marocaines au Sahara occidental. Or, la France est le seul pays, avec le Maroc, qui s’est toujours opposé à ce que la MINURSO soit pourvue d’un volet d’observation du respect des Droits humains. A cette occasion, Matthew Lee interrogea Ladsous pour connaître, d’une part, son avis sur le rôle de la MINURSO, et d’autre part, sur le conflit d’intérêts potentiel sur ce dossier avec ses anciennes fonctions de représentant adjoint de la France à l’ONU. Hervé Ladsous refusa de répondre, comme sur les autres sujets dérangeants, arguant que le journaliste faisait des insinuations insultantes.

Pourtant, ce genre de questions est courant à l’ONU : Jeffrey Feltman, le directeur du Département des affaires politiques s’est expliqué plusieurs fois sur le conflit d’intérêts potentiel avec ses anciennes fonctions au Département d’État américain. Son prédécesseur, le nigérian Ibrahim Gambari, répondait souvent aux questions sur les liens possibles avec ses anciennes fonctions dans les services nigérians, à l’ONU ou à l’Union africaine.

« Européanisation » de l’ONU en Afrique et désinformation

Au-delà de la personne d’Hervé Ladsous, Inner City Press note un dysfonctionnement global de l’ONU, notamment sur l’Afrique, en particulier en termes d’information. Par exemple, le comité des sanctions de l’ONU sur la Côte-d’Ivoire a tenté récemment de lier les soutiens de Laurent Gbagbo à des groupes terroristes au Mali.

Si personne n’y croit sérieusement, cela a pu peser sur le rejet de la demande de mise en liberté de Laurent Gbagbo à la CPI, puisque le procureur s’est appuyé sur ce rapport « fuité » pour plaider contre sa libération.

Matthew Lee rappelle aussi que le rapport de Steve Hege, le responsable de l’ONU en République démocratique du Congo, a été fortement contesté – pas uniquement par le Rwanda. Hege s’étant montré assez peu objectif, notamment dans un de ses articles en 2009 [5], où il avait présenté les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) [6] comme « des victimes » pour lesquelles il ne cachait pas sa sympathie, il faut en effet s’interroger sur le positionnement que ce dernier donne à l’ONU sur ce conflit, dont il impute l’essentiel des responsabilités au Rwanda.

Récemment, c’est la nomination de Romano Prodi, ancien président de la Commission européenne, comme envoyé spécial de l’ONU au Sahel qui a fait grincer des dents à l’Union africaine et dans certains départements de l’ONU. Certains pointent du doigt une « européanisation » des missions africaines de l’ONU sous Ban Ki-Moon. En effet, les responsables des dernières missions de l’ONU au Libéria, en Sierra Leone, en Côte-d’Ivoire sont tous européens, et c’est l’ancien ambassadeur des États-Unis au Congo qui dirige la MONUSCO.

En ce qui concerne Prodi, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer son absence de qualifications pour le poste. Comme pour Ladsous ou bien d’autres, il semble que ce soit uniquement des raisons politiques qui aient présidé à ce choix.

Les Nations unies, loin d’être un espace de neutralité au-dessus de la mêlée de la guerre des Nations, semble plutôt reproduire les rapports de domination entre les États, du moins en ce qui concerne l’Afrique, où la position de l’institution semble n’être que la somme des intérêts des grandes puissances.

Cela doit interroger celles et ceux qui, s’opposant à l’impérialisme français, espèrent s’en remettre à des mandats ou une légitimité de l’ONU. Quand, en plus de son siège de membre permanent au Conseil de sécurité, la France accapare la direction du DPKO, qui dirige « l’armée du monde », il est illusoire d’espérer une quelconque neutralité de l’ONU sur les questions françafricaines.


Pour suivre le travail d’Inner City Press, notamment sur Hervé Ladsous, rendez-vous sur innercitypress.com.

Mise à jour du 04/12/2012

Erratum

Il était initialement écrit dans cet article, à tort, que Hervé Ladsous, le responsable du DPKO (le Département des Opérations de maintien de la paix à l’ONU) avait proposé le déploiement de drones et de moyens d’interceptions des communications au Mali dès mars 2012.

En réalité, il a poussé l’idée que le DPKO soit doté de tels moyens dans son arsenal, mais pas spécifiquement pour le Mali. Il aurait été clairement en dehors de ses prérogatives en demandant cela, puisque, à l’époque, aucune résolution du Conseil de Sécurité n’évoquait l’engagement du DPKO au Sahel.

Les interrogations légitimes soulevées par des diplomates onusiens restent entières : à l’époque, un représentant d’un pays « contributeur de troupes » pour les opérations de maintien de la paix réagissait à la proposition de Ladsous auprès d’Inner City Press : « Il n’est pas capable de couvrir le Sud-Soudan avec des hélicoptères et maintenant, il veut des drones ? Quel intérêt commercial se cache derrière cela ? Et comment être sûr que l’information collectée ne sortirait pas de l’ONU ? [...] Qui déciderait qui il faut espionner et qui aurait les informations ? ».

Le marché des drones militaires est actuellement dominé par les Etats-Unis, suivis d’Israel. La France avec Thalès, EADS et Dassault, surtout, se lance en ce moment à la conquête du marché mondial.

[1] Departement of Peacekeeping Operations

[2] Le quatrième, en fait, puisque Bernard Miyet, actuel président du directoire de la SACEM a occupé le poste avant Jean-Marie Guéhenno, succédant en 1997 à Koffi Annan

[3] Qui étaient encore sensées être des opérations de l’ONU

[4] Mission des Nations Unies pour l’assistance au Rwanda, chargée de soutenir la mise en place des accords de paix d’Arusha

[5] Understanding the FDLR in the DR Congo : key facts on the disarmament & repatriation of Rwanda Rebels, 24 février 2009, Steve Hege, Peace Appeal Foundation. Cet article avait poussé le gouvernement rwandais à demander à l’ONU une enquête sur la nomination de Steve Hege à la tête du groupe d’experts sur le Congo, au vu de ses sympathies assumées pour les FDLR.

[6] Les FDLR, Forces Démocratiques de Libération du Rwanda, sont un groupe armé créé par des personnes clés de l’appareil génocidaire de 1994. Composé essentiellement de Hutu extrémistes, ils sont une des composantes de la déstabilisation de l’Est du Congo. Ils sont considérés comme un groupe terroriste et plusieurs de ses membres font l’objet de poursuites pour crimes contre l’humanité.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 218 - novembre 2012. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter