Accueil du site > Billets d’Afrique > 2013 > 221 - février 2013 > Cameroun : une huile rance

Cameroun : une huile rance

Publié le 13 février 2013 (rédigé le 9 février 2013) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Herakles Farms ne recule devant rien pour s’acheter une respectabilité environnementale : cette société amé­ricaine qui souhaite produire de l’huile de palme sur plus de 70 000 hectares de terres camerounaises vient de recruter le docteur Atanga Ekobo, ancien coordonnateur de programmes du World Wide Fund for Nature (WWF), aux fonctions de vice-président de la conservation au Cameroun (Agence Ecofin, 18 janvier).

C’est peu dire qu’Herakles Farms traîne une réputation déplorable en matière de respect de l’environnement et des droits des populations locales (Billets d’Afrique n°220, janvier 2013). Ainsi, elle avait déjà dû quitter précipitamment le processus d’adhésion à la Roundtable on Sustainable Palm Oil (Table ron­de sur l’huile de palme durable, RSPO) en septembre 2012 après que des associations environnementales lo­cales, soutenues par Greenpeace et The Oakland Institute (un think tank basé en Californie) eurent porté plainte pour dénoncer le risque que ce projet faisait porter sur la faune et les moyens de subsistances des habitants (Agence Ecofin, 10 septembre 2012).

Recruter un transfuge du WWF est donc une énième façon d’annoncer un engagement fort sur les questions de conservation, sans pour autant modifier ses pratiques.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 221 - février 2013. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter