Accueil du site > Billets d’Afrique > 2013 > 229 - novembre 2013 > Burkina : coopération à la répression

Burkina : coopération à la répression

Publié le 13 novembre 2013 (rédigé le 2 novembre 2013) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

L’hebdomadaire Jeune Afrique (4/10) nous apprend que Blaise Compaoré s’inquiéterait d’une éventuelle extension des mouvements sociaux de ces derniers mois à l’université aux lycées en collèges.

Pour éviter une nouvelle révolte généralisée de la jeunesse, le ministre de l’intérieur a entrepris une tournée des responsables provinciaux, pour leur demander d’éviter les bavures qui avaient en 2011 déclenché des manifestations violentes dans tout le pays. JA ajoute que le gouvernement, aidé par la France et les Etats-Unis, a investi 15,2 millions d’euros «  pour réorganiser et équiper la police » et qu’ « une unité de force spéciale est en cours de création avec le soutien du Raid français ». Le RAID au Burkina : transmission de savoir-faire

Il faut dire que les récentes manifestations massives contre la création du Sénat et contre la modification de la constitution qui permettrait à Blaise Compaoré de rester au pouvoir après 2015, et la création d’un mouvement citoyen, à l’initiative de musiciens très connus dans le pays, Sams’K Le Jah et Smockey « pour balayer le pays », ont de quoi inquiéter le pouvoir.

Le retour en force du mouvement social et une opposition politique désormais réunie changent en effet considérablement la situation politique dans le pays.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 229 - novembre 2013. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter