Accueil du site > Billets d’Afrique > 2013 > 229 - novembre 2013 > Loi de programmation militaire : quel avenir pour la présence militaire (...)

Loi de programmation militaire : quel avenir pour la présence militaire française en Afrique ?

Publié le 13 novembre 2013 (rédigé le 2 novembre 2013) par Raphaël Granvaud

Le texte de la loi de programmation militaire présenté cet été par le ministre de la Défense vient d’être adopté par le Sénat et sera voté à l’Assemblée nationale début décembre. L’ingérence militaire reste au cœur du projet.

La nouvelle loi de programmation militaire, pour la période 2014-2019, doit traduire budgétairement les priorités mentionnées par le dernier Livre blanc sur la défense. Au nombre de ces dernières, l’engagement prévu de nos forces dans des « zones prioritaires pour la défense et la sécurité », notamment « le Sahel, de la Mauritanie à la Corne de l’Afrique, ainsi qu’une partie de l’Afrique subsaharienne ».

Préparer les prochaines interventions

Dans un contexte de restrictions budgétaires et de suppressions de postes, la capacité à rééditer une opération du même type que l’opération Serval au Mali est une préoccupation qui a d’ailleurs été exprimée à plusieurs reprises dans les débats préparant le vote de la loi. Et ce, alors même que les sénateurs reconnaissent (au vu des opérations menées en Irak, en Afghanistan, en Libye, et même au Mali « où l’instabilité s’est transportée comme dans un vase communiquant sur d’autres pays ») que «  le bilan des interventions depuis une quinzaine d’année n’est à l’évidence pas totalement positif  »…

Le budget de la défense est en fait un des rares à être « préservé en valeur en dépit de la conjoncture », selon les mots du ministre. La diminution des effectifs initiée précédemment est accentuée, mais les moyens ainsi dégagés sont utilisés pour «  donner la priorité à l’équipement  » et combler en partie les lacunes matérielles déplorées par les militaires au moment des précédentes interventions. Les opérations en Libye et au Mali n’auraient en effet pu être menées aussi rapidement sans l’aide américaine en matière de renseignements (drones), de ravitaillement en vol ou de transport logistique.

« Diminuer nos effectifs en augmentant notre présence »

Concernant les forces prépositionnées (en Afrique ou sur les territoires non décolonisés), une déflation d’un peu plus de mille hommes est annoncée. La base de Djibouti devrait par exemple être réduite à 600 hommes permanents contre 1400 aujourd’hui. Le reste de la répartition n’a pas été communiquée. Si cette évolution s’inscrit dans une histoire longue de la diminution du nombre de militaires français présents (officiellement) de manière permanente sur le sol africain depuis les indépendances, au vu des priorités réaffirmées par le dernier Livre blanc il est peu probable que le nombre de soldats présents diminue énormément, si l’on considère tous les dispositifs (coopération, opérations extérieures, forces spéciales ou clandestines), et pas seulement les forces prépositionnées officielles. Le ministre de la Défense a lui-même prévenu tout contresens qui interpréterait cette évolution comme un désengagement : « Il n’est pas question de renoncer à nos implantations en Afrique mais de les organiser différemment. Je n’ai pas tranché sur le périmètre, mais sur un chiffre global. »

Le même expliquait :

« Une réorganisation intelligente consiste à diminuer nos effectifs en augmentant notre présence ».

Cet apparent paradoxe renvoie sans doute aux modèles de réorganisation proposés par le dernier rapport des sénateurs Chevènement et Larcher, consacré aux enseignements de l’opération Serval. Ceux-ci, reprenant sans doute les suggestions des officiers auditionnés, plaidaient pour le maintien de deux « bases opérationnelles » (à Abidjan et Djibouti), de deux « pôles opérationnels de coopération » plus réduits (Dakar et Libreville) et pour le développement, à l’image de la stratégie américaine de quadrillage militaire, d’échelons plus légers, d’un « réseau de "nénuphars" autour de la zone de crise que constitue aujourd’hui la bande sahélosaharienne (reposant sur les dispositifs Épervier, Sabre et Serval) ».

JPEG - 279 ko
Soldats français à la cérémonie d’investiture du président malien
Photo sous licence Creative Commons de la MINUSMA

Toujours plus de forces spéciales

Lors de l’examen du projet de loi, les sénateurs se sont par ailleurs étonnés de la baisse de la dotation prévisionnelle pour les opérations extérieures (450 millions contre 630 l’année passée) dans un contexte où les surcoûts finalement constatés n’ont cessé d’augmenter pour dépasser le milliard d’euros ces dernières années. En 2013, le surcoût dû aux Opex sera par exemple de 1.3 milliard d’euros, dont la moitié pour l’opération Serval. Ils se demandent notamment si cela ne correspond pas à la volonté de transformer « certaines opérations qui n’ont plus rien de temporaire » (Licorne en Côte d’Ivoire, Epervier au Tchad) en forces prépositionnées, ce qui, dans le cas de la Côte d’Ivoire constituerait un retour en arrière, la base de PortBouët ayant été fermée sous la présidence de Laurent Gbagbo.

Un autre scénario est également possible, compatible avec la stratégie des « nénuphars » : c’est celui du renforcement de la présence des forces spéciales. Celles-ci sont en effet les seules qui « verront leurs effectifs et leurs moyens de commandement renforcés, de même que leur capacité à se coordonner avec les services de renseignement. » Or les hommes du Commandement des Opérations Spéciales (COS), déjà massivement présents de manière non-officielle en Mauritanie, au Burkina, au Niger ou au Mali ne sont comptabilisés ni dans les troupes prépositionnées, ni dans les opérations extérieures…

Décidons d’abord, expliquons ensuite

L’opération Serval a décomplexé les militaires et les politiques, qui retrouvent soudainement toutes les vertus aux interventions unilatérales à l’ancienne. Sur le fond, cela s’est traduit dans le Livre blanc puis dans la loi de programmation militaire, par l’affirmation d’un impérialisme militaire en Afrique (pardon, du devoir de « défendre nos intérêts stratégiques » et « d’exercer nos responsabilités internationales ») parfaitement assumé.

La forme est également révélatrice de la nature des relations qui perdurent entre l’exécutif français et certains chefs d’états des anciennes colonies africaines. Ainsi, selon le journaliste Jean-Marc Tanguy, « jusqu’à maintenant, la communication sur les restructurations [des forces prépositionnées] a soigneusement évité d’évoquer les sites à l’étranger, du fait des implications diplomatiques. »

La présence des forces françaises en Afrique nous est pourtant toujours vendue comme le fruit d’une politique concertée avec les gouvernements africains, les bases militaires n’existant qu’à la demande et au service de ces derniers. Voilà pourtant comment Le Drian, auditionné par les sénateurs, présente la réorganisation des bases militaires en Afrique :

« j’en parlerai prochainement au président de la République. Ces décisions seront ensuite expliquées aux chefs d’États africains concernés. Le sommet France-Afrique relatif aux questions de sécurité qui se tiendra à la fin de l’année en sera l’épilogue. »

Une variation sur le thème « je décide, ils exécutent », comme disait l’autre. Étrangement, ce passage a disparu lors de la reproduction de l’audition de Le Drian dans le rapport des Sénateurs [1]…

[1] Ndr : on en trouve trace sur le site de l’ASAF (Association de Soutien à l’Armée Française) et sur ce document publié sur le site du ministère de la Défense

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 229 - novembre 2013. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter