Accueil du site > Billets d’Afrique > 2014 > 234 - avril 2014 > L’Angolagate enterrée

L’Angolagate enterrée

Publié le 8 avril 2014 (rédigé le 1er avril 2014) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

En novembre dernier, alors qu’il passe en Suisse pour régler la vente d’une usine de phosphates au Kazakhstan, l’homme d’affaires (et diplomate angolais) Arcadi Gaydamak est incarcéré dans le cadre d’une plainte déposée par Luis Fernandez, qui n’aurait pas reçu sa paie pour son activité d’entraîneur dans un club de foot qui lui appartient.

Comme il est sous mandat d’arrêt international suite à sa condamnation en France en 2011 pour fraude fiscale et blanchiment, la justice française lance une procédure pour demander son extradition. Il paie alors rapidement le footballeur et se retrouve en liberté avant que la demande officielle (perdue dans les méandres diplomatiques) n’arrive à Berne...

Le 8 février dernier, le journal suisse Le Courrier annonce que le ministère public de la confédération a rendu officiellement une décision de « non­-entrée en matière » concernant une dénonciation pénale déposée par les ONG Corruption Watch et Mãos Livres, visant à relancer le volet Suisse de l’Angolagate qui fut déjà classé en 2004 et 2010. La solidité du dossier et les nouveaux éléments apportés par les ONG ne suffisent pas au ministère... ou bien, comme le dit Andrew Feinstein, de Corruption Watch, « la Suisse ne voulait pas se fâcher avec l’Angola et la Russie, et se considère toujours comme un paradis pour le blanchiment d’argent ».

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 234 - avril 2014. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter