Accueil du site > Billets d’Afrique > 2014 > 238 - septembre 2014 > Défi françafricain pour Sarkozy

Défi françafricain pour Sarkozy

Publié le 5 novembre 2014 (rédigé le 1er septembre 2014) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Après la Access conference à Lagos (Nigéria) en décembre dernier, c’était au tour du Forum Forbes Afrique, à Brazzaville, de s’offrir la présence de Nicolas Sarkozy.

Alors que le déplacement de Raffarin et de Villepin était passé inaperçu à l’édition de 2012, le PS s’était en 2013 bruyamment ému du déplacement de Jean-François Copé à ce forum : pas parce que Sassou est infréquentable, mais parce que la conférence avait été grassement rémunérée (le chiffre de 30 000 € avait été avancé par Le Journal du Dimanche).

Cette année, la prestation de l’ex-président, sur le thème des défis de la bancarisation en Afrique, aurait été facturée 100 000 €, selon L’Express (25/07) qui a révélé l’affaire. Pour ce prix là, on le devine expert du sujet ! Surtout, on ignore le prix politique de cette énième légitimation de Sassou, qui était présent dans la salle et s’est ainsi offert une belle opération de communication, très françafricaine.

Organisé par le groupe de communication Havas, contrôlé par Bolloré comme le port de Pointe-Noire, ce forum est l’événement annuel de Forbes Afrique, une revue qui fleure bon le paradis fiscal et la criminalité financière : Médiapart (27/07) indique en effet que

« le directeur de la société propriétaire du magazine, F. Afrique Medias Holding SA, domiciliée en Suisse, est aujourd’hui suspecté par la police française d’être un homme de paille du clan Sassou dans plusieurs opérations de corruption et de détournements de fonds pouvant atteindre 60 millions d’euros. L’homme s’appelle Philippe Chironi. C’est un Français, établi à Nyon, en Suisse ».

Évidemment, il serait injuste de ne signaler que la présence de Nicolas Sarkozy, alors les organisateurs ont aussi invité la journaliste et compagne d’ex-ministre Christine Ockrent, comme l’année dernière, l’ancien patron de l’Agence Française de Développement Jean-Michel Severino, ou encore le gourou de « l’économie positive » Jacques Attali.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 238 - septembre 2014. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter