Accueil du site > Billets d’Afrique > 2014 > 241 - décembre 2014 > L’affaire Uramin refait surface avec Balkany

L’affaire Uramin refait surface avec Balkany

Publié le 25 février 2015 (rédigé le 1er décembre 2014) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Alors que le groupe Areva bat de l’aile, on apprend (Rfi.fr, 14/11) que Me Bourdon, mandaté par la République centrafricaine aurait fait une demande d’information judiciaire au parquet national financier pour faire la lumière sur les commissions (évaluées à 40 millions d’euros) versées à l’ex-président Bozizé en 2008 après le rachat d’Uramin, et sur le rôle de Balkany dans cette transaction. Mais cette somme ne constitue qu’une toute petite partie des fonds évaporés. La justice fera-t-elle un jour la lumière sur le prix exorbitant payé par Areva pour cette société « junior » canadienne ? Si l’on en croit une enquête du journal sud-africain Mail & Guardian parue en août 2012, le gonflement artificiel du prix d’Uramin (passé en quelques mois de 300 millions à 1,8 milliard d’euros) aurait servi à dégager des fonds (autour de 500 millions de dollars) pour arroser l’entourage du président Thabo Mbeki, dans l’espoir de décrocher les marchés de construction des futures centrales en Afrique du Sud. Et le reste ? En avril 2014, le romancier et consultant Vincent Crouzet proposait certaines pièces manquantes du puzzle à travers un roman à clé assez transparent (Radioactif, éd. Belfond). Dans le livre, comme dans ses interviews ultérieures, il explique avoir été contacté par Saifee Durbar, homme d’affaires pakistanais naviguant en eaux troubles et ancien conseiller de l’ex-président centrafricain Bozizé au moment du rachat d’Uramin. En délicatesse avec la justice et les services secrets français, Durbar a demandé à Crouzet de servir d’intermédiaire pour négocier un aménagement de peine en échange de son silence dans l’affaire. Ce qui fut fait. Durbar lui aurait, documents à l’appui, révélé les dessous de l’histoire, que Vincent Crouzet affirme avoir recoupés avec d’autres témoignages concordants. Selon lui, l’ancien président sud-africain et son entourage n’auraient pas été les seuls bénéficiaires des commissions déguisées par le rachat d’Uramin.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 241 - décembre 2014. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter