Accueil du site > Billets d’Afrique > 2015 > 242 - janvier 2015 > 30 ans de lutte contre la Françafrique et ses avatars

ANNIVERSAIRE

30 ans de lutte contre la Françafrique et ses avatars

Publié le 22 février 2015 (rédigé le 1er janvier 2015) par Fabrice Tarrit, Mathieu Lopes
Thèmes

L’année 2015 marque les 30 ans de l’association Survie, et les 10 ans de la mort de François-Xavier Verschave. Entretien avec Fabrice Tarrit, président de Survie depuis 2011.

Billets : Quel rôle a joué Survie dans la définition du terme de Françafrique et sa popularisation ? Certains disent que ce terme était utilisé avant les écrits de Verschave, cofondateur et ancien président de l’association.

Fabrice Tarrit : Pour minimiser l’apport de Survie au débat sur les relations francoafricaines, certains journalistes insistent sur le fait que l’expression « France-Afrique  » a été utilisée par le président ivoirien Houphouët-Boigny pour évoquer une communauté de destin, un peu idyllique. Mais on pourrait également citer un discours prononcé en 1951 par le ministre de la France d’Outremer, François Mitterrand, sur les relations franco-camerounaises, dans lequel il incitait à faire « triompher l’idée de ce vaste ensemble, de cette grande unité que doit constituer le couple France-Afrique  ». Cette citation peu connue apporte un éclairage supplémentaire sur les racines idéologiques de la politique menée durant ses deux mandats, puis par les socialistes arrivés au pouvoir dans son sillage.

L’expression « Françafrique », avec sa connotation volontairement plus sulfureuse, autour du jeu de mot sur « fric » a été popularisée à partir de 1998 par François-Xavier Verschave, mais elle était présente dès octobre 1994 dans son ouvrage sur le Rwanda, Complicité de génocide, et dans ses articles de Billets d’Afrique. « Françafrique » est issu d’un cheminement intellectuel qui a conduit Verschave à découvrir la persistance de mécanismes de domination de la France sur ses anciennes colonies, officiels ou occultes, masqués par un discours sur une France supposée « aider » l’Afrique. Le terme n’était pas dans son esprit une coquetterie de style ou un simple concept intellectuel mais bien un objet, un terrain de combat. Il s’agissait d’abord de convaincre, en utilisant pour cela des outils pédagogiques simples et ensuite de pousser les citoyens à agir contre les fondements et les effets de cette politique : idéologie raciste, crimes, dérives institutionnelles, mécanismes de prédation, conformisme intellectuel, etc.

Il est donc toujours pertinent de parler de Françafrique, contrairement aux accusations selon lesquelles le mot serait un peu galvaudé ?

Le terme « Françafrique » continue de frapper les esprits. Il a un effet mobilisateur, immédiat, il désigne en quelques lettres un nombre important de sujets, résume de nombreux écrits.

La rançon de son « succès » c’est qu’il est utilisé dans le débat public avec des sens différents, parfois dans le seul but de démontrer que les phénomènes décrits appartiennent au passé, avec les figures faciles de Jacques Foccart, de Elf, des coups d’Etat de Bob Denard et d’autres « affreux ». Quand Omar Bongo est mort en 2009, la première question que l’on nous posait concernait la fin de la Françafrique, comme s’il s’agissait d’une organisation pyramidale avec un super parrain français ou africain à sa tête. Ce qu’il allait advenir du Gabon importait peu aux journalistes. A Survie, ce qui comptait pour nous à cette époque, c’était de savoir comment allaient réagir les autorités françaises à ce coup d’Etat dynastique, quatre ans après celui au Togo, quels effets néfastes le silence français pourrait avoir pour les pays de la sous-région et leurs mouvement sociaux réclamant l’alternance. Qu’allait-il advenir de la base militaire de Libreville ? Quels seraient les liens de Total avec les nouveaux venus au pouvoir ?

L’histoire de Survie est liée au terme Françafrique, au point de s’y confondre... et au risque de s’y enfermer ?

Depuis 20 ans, les publications et mobilisations de l’association ont permis d’approfondir la connaissance du néocolonialisme français et d’interpeller à son sujet. Cela a amené Survie à s’intéresser à des sujets aussi divers que la justice pénale internationale, les paradis fiscaux et judiciaires, le fonctionnement des multinationales, des banques ou de nos institutions, l’histoire du racisme français. Ce terrain d’action va au delà du seul terme « Françafrique ».

Nous nous intéressons aux fondamentaux de la relation franco-africaine, qui reposent sur des structures et des postulats idéologiques. Les structures, c’est la diplomatie française, ses liens avec les dictateurs, le pouvoir de l’exécutif au détriment du parlement, le franc CFA, l’implantation et les interventions de l’armée française en Afrique, la défense des intérêts des entreprises françaises appuyés aujourd’hui par la « diplomatie économique » promue par Laurent Fabius. Idéologiquement, c’est l’idée que l’Afrique aurait besoin de la France pour décider à sa place, au plan politique ou militaire, et que la défense des intérêts français serait plus importante que le respect des droits des peuples concernés.

Survie n’est donc pas le VRP d’un terme, d’un concept, mais bien une force de mobilisation portée par une exigence citoyenne. Verschave parlait de « devoir d’indignation ». C’est une expression qui convient bien à ce que nous sommes, à ce que nous continuons de faire malgré la difficulté de s’opposer à un tel système. Pour répondre à ceux qui ne voient en nous que des agitateurs brandissant partout le chiffon rouge de la Françafrique, nous avons les acquis de 30 années de lutte, de dizaines d’ouvrages, de milliers d’articles, et le souci d’actualiser en permanence les informations, de faire évoluer si nécessaire notre grille d’analyse. C’est ainsi qu’à l’issue d’une université d’été de l’association, nous avons décidé de publier en octobre l’ouvrage Françafrique : la famille recomposée (Syllepse), qui étudie les évolutions des trois piliers de la Françafrique : la diplomatie, l’armée et les entreprises.

Propos recueillis par Mathieu Lopes.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 242 - janvier 2015. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter