In memoriam

Publié le 12 mars 2015 (rédigé le 1er mars 2015) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

« La vérité finira-t-elle par éclater sur l’enlèvement de l’opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh ? Sept ans, jour pour jour, après qu’il a disparu entre les mains de militaires tchadiens en pleine bataille de Ndjamena, ses proches continuent à réclamer justice. Ils espèrent notamment que la plainte déposée en France permettra de faire avancer l’enquête. Parmi eux, Jean-Baptiste Laokolé, le secrétaire général adjoint du PLD, le Parti pour les libertés et le développement, le parti d’Ibni » (RFI, 03/02). Interviewé par la radio, il explique : « Nous sommes sûrs que le gouvernement français est au courant de beaucoup de choses sur la disparition d’Ibni. Nous avons appris que le jour où Ibni a été enlevé, l’attaché militaire français était à côté de Deby quand il a pris la décision d’aller [le] faire arrêter. Je crois qu’en brisant ce silence, le gouvernement français remplira sa mission en ce qui concerne les droits de l’homme ». La mission ne semble malheureusement pas prioritaire…

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 244 - mars 2015. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter