Syndrome burkinabè

Publié le 12 mars 2015 (rédigé le 1er mars 2015) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...
Thèmes

Mobilisation populaire inédite au Burundi, à l’occasion de la libération du journaliste Bob Rugurika, qui avait été incarcéré un mois auparavant pour « complicité d’assassinat » de trois religieuses italiennes en septembre 2014. Il avait en réalité diffusé les aveux d’un homme qui se présentait comme l’un des assassins, et qui mettait en cause de hauts responsables des services burundais. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour fêter son retour à Bujumbura et braver le pouvoir qui avait interdit toute manifestation. C’est que le cas Rugurika est venu cristalliser les oppositions à la volonté du président Nkurunziza de passer en force pour briguer un troisième mandat. Une opposition qui se manifeste désormais jusqu’au sein du régime. Ainsi, quelques jours plus tôt, le patron des services secrets, le général Godefroid Niyombare, a été limogé pour avoir « écrit au président burundais en lui déconseillant de briguer un troisième mandat, au risque de plonger ce pays dans le chaos, selon des sources concordantes » (Rfi.fr, 19/02).

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 244 - mars 2015. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter