L’étau se resserre

Publié le 7 avril 2015 (rédigé le 3 avril 2015) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Après une troisième garde à vue, l’ancienne éminence grise de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, a été mise en examen début mars pour faux et usage de faux et pour blanchiment de fraude fiscale en bande organisée dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de financement par la Libye de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

En cause, les 500 000 euros versés depuis un compte étranger que l’ancien ministre de l’Intérieur explique par une vente de deux tableaux du peintre hollandais Andries van Eertvelt à un confrère avocat. Mais les tableaux sont évalués aux alentours de 15 000 euros... Comme le rappelle Mediapart (07/03), Guéant, qui fut aussi le directeur de campagne du candidat Sarkozy, a été, si l’on en juge d’après les archives informatiques de l’intermédiaire Ziad Takhieddine, très occupé en Libye : «  le préfet ne se contentait pas d’organiser les visites de Nicolas Sarkozy et de ses émissaires en Libye, mais il s’impliquait personnellement dans plusieurs affaires commerciales : ventes d’armes ou gisement gazier pour le groupe Total. Il fut aussi l’homme clé de la tentative de blanchiment judiciaire d’Abdallah Senoussi, patron des services spéciaux libyens et beau frère de Kadhafi, condamné en 1999 à une peine de perpétuité en France dans l’affaire de l’attentat contre le DC10 d’UTA et visé depuis lors par un mandat d’arrêt international. » Comme un autre homme de confiance de Sarkozy, Patrick Balkany, est aussi dans le viseur de la justice, on ne peut s’empêcher de se demander : à qui le tour ?

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 245 - avril 2015. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter