Accueil du site > Billets d’Afrique > 2015 > 245 - avril 2015 > Vers un nouveau simulacre d’élection présidentielle

Togo - avril 2015

Vers un nouveau simulacre d’élection présidentielle

Publié le 5 octobre 2015 (rédigé le 1er avril 2015) par Augustin Taupenas

Fronde sociale à son paroxysme avec des grèves à répétition dans le public et le parapublic, réformes constitutionnelles et institutionnelles repoussées aux calendes grecques, fichier électoral fortement contesté, prémices de violences... Tel est l’inquiétant décor dans lequel le Togo se prépare à la présidentielle du 25 avril 2015.

Le Togo jouit d’une sulfureuse réputation en matière d’élections. Depuis les indépendances en 1960, ce petit pays de l’Afrique de l’ouest est marqué par des violences électorales ponctuées par les massacres de civils en avril 2005, après la victoire contestée de Faure Gnassingbé à la présidentielle.

Impossibles réformes

Afin de retrouver une légitimité et de rassurer l’opinion, Faure Gnassingbé conseillé par des mercenaires en col blanc n’a pas été avare de promesses pour plus de liberté, de transparence, de démocratie et de justice dans son pays. L’opposition et le pouvoir signèrent en 2006, l’Accord politique globale (APG) conformément aux vingt­deux engagements souscrits le 14 avril 2004 par les autorités togolaises devant l’Union européenne (UE). Ce document était censé matérialiser la réconciliation nationale et combler le déficit démocratique.

Près de dix ans après, le régime de Faure Gnassingbé n’a jamais appliqué les réformes de fond : le mode de scrutin est toujours à un tour, le mandat présidentiel illimité et les élections locales inenvisagées. En juin 2014, un débat à l’Assemblée nationale togolaise autour d’un projet de loi sur les réformes déposé par le gouvernement a suscité une lueur d’espoir. Espoir vite douché par le rejet de la majorité acquise au pouvoir. « Nous avons été d’autant plus frustrés de voir (...) les élections locales repoussées à un horizon incertain. Et d’autant plus surpris, de voir (...) sous nos yeux incrédules, les députés de la majorité rejeter le projet de réforme constitutionnelle déposé par le gouvernement, alors même que cette réforme avait été annoncée par le Premier ministre dans sa déclaration de politique générale devant cette même assemblée nationale quelques mois plus tôt », s’était étranglé Nicolas Warnery qui était encore ambassadeur de France au Togo pour quelques semaines. Un commentaire inhabituel au point que son successeur, Marc Fonbaustier, s’était vu recommander par le Quai d’Orsay d’être « discret et respectueux des réalités locales ».

Pas de justice, toujours plus d’impunité

Par ailleurs, en mai 2009, une Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) a été mise en place par les autorités togolaises. Elle vise à « proposer, à travers les mécanismes de la justice transitionnelle, des voies et moyens susceptibles de favoriser la cohésion nationale en faisant la lumière sur les causes des violences et conflits récurrents » de 1958 à 2005.

Cette commission, dirigée par Monseigneur Nicodème Barrigah, a remis ses conclusions en avril 2012, dans lesquelles les causes des violences, les victimes et les auteurs sont clairement identifiés. Des recommandations sont alors faites pour mettre fin à l’impunité. « Celui qui a été victime d’une violence a le droit de savoir les causes et les motivations de cette violence. La société a elle aussi besoin de savoir les mécanismes des violences qui ont provoqué un choc traumatique parmi l’injustice ses membres et engendré la haine, l’injustice et l’intolérance », a reconnu le président togolais, Faure Gnassingbé lors de la remise officielle du rapport de la CJVR. « C’est avec courage et lucidité qu’il nous faudra lire, avant de les tourner, les pages de cette mémoire controversée pour éviter le retour des vieux démons », avait­-t­-il promis.

Une bonne volonté du pouvoir ? Que nenni ! La grande partie des recommandations de ce rapport (les plus importantes donc) est restée dans les tiroirs. Pis encore, certains proches de Faure Gnassingbé soupçonnés d’atteintes aux droits humains sont promus pendant que d’autres se pavanent au vu et au su des victimes et de leurs familles. Les cas du Major Kouloum N’ma Bilizim et du lieutenant­colonel Alex Massina Yotroféi sont les plus patents.

Le premier est fortement indexé comme ayant conduit les massacres de 2005 à Atakpamé, une ville située à 150 km au nord de Lomé, la capitale togolaise. « 2500 coupes­-coupes auraient été achetés à cet effet par l’armée. Le deuxième dispositif mis en place aurait été constitué par la nomination d’un Officier chargé d’encadrer les soldats devant porter un appui aux militants et aux milices (...). Au niveau régional, les troupes seraient sous le commandement du Major Kouloum qui a semé la terreur dans la préfecture de l’Ogou et ses environs », peut-­on lire dans le rapport de l’ONU sur les atrocités commises avant, pendant et après la présidentielle de 2005 au Togo.

Le second est accusé de tortures sur les détenus dans l’affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat impliquant Kpatcha Gnassingbé, demi­-frère du président togolais, par des éléments de l’Agence nationale de renseignement (ANR) dont il était le directeur. Un rapport de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a établi les faits et situé les responsabilités. Malheureusement, le document a été édulcoré avant d’être publié sur le site officiel du Togo et le président de cette institution, Christian Koffi Kounté, vit depuis février 2012 en exil en France. « Lorsque vous avez résisté, plusieurs jours, aux pressions de certains conseillers du président et que vous avez pris une décision mettant en cause de hautes personnalités [officiers des services de renseignements et de la gendarmerie], il semble prudent de se mettre à l’abri », se justifie­-t­-il dans une interview à Jeune Afrique (2/03/2012) au titre révélateur, « Tortures au Togo : Les brûlantes vérités de Koffi Kounté ».

En octobre 2014, Massina Yotroféi est pourtant nommé directeur de la Gendarmerie nationale dont la FOSEP 2015 (Force de sécurité pour la présidentielle de 2015) est chargée de sécuriser le prochain scrutin. Vive l’impunité !

Fichier électoral corrompu

Aux lendemains des élections que le Togo a organisées depuis 2005, la récurrente question de la fiabilité du fichier électoral s’est toujours posée.

Plusieurs rapports ont pointé du doigt les failles dans cette partie clé d’un processus électoral avec des recommandations. Et, à chaque fois, Lomé prend l’engagement d’apurer le fichier des « centaines de milliers de doublons, de morts, de mineurs et d’étrangers » qu’il contient.

L’opposition n’a cessé de demander l’audit du fichier électoral. Mais, rien n’y fait, les élections sont encore et toujours organisées sur la même base.

Depuis quelques mois, Alberto Olympio, président du Parti des Togolais (PT), a accentué la contestation. Expert en informatique, il a fait de l’audit de ce fichier, son cheval de bataille dans la course à la magistrature suprême. Conformément à l’article 60 du code électoral, il a demandé l’accès aux bases de données. Sans succès. Il n’a pas déposé sa candidature.

Malgré son abdication, M. Olympio a présenté le 25 mars 2015 à Lomé, les preuves de la corruption du fichier électoral. Les conclusions de son expertise du fichier qu’il ne s’est pourtant procuré qu’au format PDF jettent du discrédit sur le processus. «  L’analyse du fichier électoral ayant servi aux élections législatives de 2013 fait ressortir 259.735 doublons sur 2.957.018 électeurs, soit environ 8,78%. On constate également que la région de la Kara [présentée comme le fief du pouvoir, NDLR] compte le plus de doublons que toutes les autres régions, soit 13% du nombre des électeurs de la zone », révèle­-t­-il. « En outre, les électeurs de la tranche d’âge 65 ans et plus, représentent 4,13% du corps électoral en 2013 alors que d’après les chiffres de la Banque mondiale, cette tranche d’âge ne représente que 2,7% de la population togolaise », a­-t­-il poursuivi. Les morts voteraient­-ils ?

M. Olympio a également démontré que les anomalies dans le fichier électoral dépendaient du caractère du scrutin. « Nous avons remarqué qu’à chaque élection présidentielle le nombre d’électeurs croît considérablement mais décroît lors des législatives. En 2005, lors de la présidentielle, le nombre d’électeurs est estimé 3.126.728 contre 2.927.664 lors des législatives d’octobre 2007. Paradoxalement, un enregistrement massif de la population en âge de voter avait été constaté pour ce scrutin. En 2010, le fichier électoral passe à 3.277.292 électeurs pour descendre à 3.044.322, soit une perte sèche de 232.900 électeurs lors des législatives de 2013. Pour la présidentielle de 2015, la CENI table sur 3.500.000 électeurs, soit une augmentation de 455.678 électeurs », martèle­-t­-il.

Avant cette sortie médiatique, Jean-­Pierre Fabre, président du parti Alliance nationale pour le changement (ANC) et candidat de la coalition nommée Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015), avait déjà déposé plainte contre la société Zetes pour faux en informatique et usage de faux. Cette entreprise belge spécialisée en enrôlement biométrique des électeurs, est le fournisseur du matériel électoral de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Togo.

Devant l’ampleur de la contestation, le gouvernement togolais a demandé l’expertise de l’Organisation interna­tionale de la francophonie (OIF). Cette institution a envoyé le 24 mars 2015, deux experts électoraux au Togo afin de résoudre cette crise de confiance entre les acteurs politiques togolais.

La Communauté économique de la sous­-région ouest africaine (CEDEAO), par l’intermédiaire de John Dramani Mahama, a arraché 10 jours de report de la présidentielle initialement prévue le 15 avril 2015. Pas assez !

Front social en ébullition

JPEG - 122.2 ko
Assemblée de la Synergie des travailleurs du Togo (STT), Photo Maxime Domegni.

Parallèlement à ces considérations électorales, un bras de fer oppose les syndicats et le gouvernement, depuis 2013. A travers une plateforme de revendications en 8 points, la Synergie des travailleurs du Togo (STT) réclame le redressement de la grille et l’augmentation de la valeur indiciaire du salaire des fonctionnaires. Elle lance régulièrement des mots d’ordre de grève et organise des sit­-in largement suivis dans les secteurs publics et parapublics. Une situation qui perturbe fortement les cours et entraîne des fermetures temporaires d’écoles puisque sur les plus de 500.000 fonctionnaires que compte le Togo, plus de 50% sont des enseignants. Le secteur sanitaire est aussi très touché par ce débrayage.

Devant l’échec des discussions, le gouvernement a affirmé que la grève de la STT était « sortie de son cadre syndical » et était, par conséquent, « illégale ». Pis encore, le ministre des Enseignements primaire et secondaire, Florent Maganawé a envoyé en février 2015, une note circulaire aux directeurs d’établissement leur enjoignant de recenser les grévistes en vue de leur remplacement par des volontaires. Il n’en fallait pas plus pour enflammer le front social : durcissement des mouvements de grève, violences dans plusieurs villes du Togo entre élèves, parents d’élèves, enseignants et forces de l’ordre.

Le 16 mars 2015, des affrontements ont éclaté à Dapaong (extrême nord du pays) lors d’une manifestation d’élèves. Plusieurs bâtiments officiels ont été saccagés. Le 25 mars 2015, l’armée aurait été sollicitée à Gléï (centre du pays). Un communiqué du gouvernement a fait état de plus de 40 blessés dont deux graves, ce qui laisse présager pire.

Il apparaît donc évident que les con­ditions ne sont pas réunies pour assurer une élection transparente au Togo. A l’instar de son défunt père, le dictateur Gnassingbé Eyadéma, l’acharnement de Faure Gnassingbé à maintenir le scrutin relève du suicide collectif. Malgré les signaux inquiétants, le Togo s’achemine inéluctablement vers une présidentielle aux résultats connus d’avance et à l’issue de laquelle, qui perd, gagne.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 245 - avril 2015. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter