Gifle judiciaire

Publié le 2 juin 2015 (rédigé le 5 mai 2015) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

C’est ce que vient d’infliger la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) à certains des magistrats en charge de l’affaire Borrel, du nom de ce juge assassiné à Djibouti en 1995 avec la complicité des réseaux françafricains et de l’armée française. Sa veuve s’est depuis battue inlassablement pour faire reconnaître ce crime, grossièrement maquillé en suicide, version que certains magistrats français appuyèrent complaisamment, avant que la thèse du meurtre soit enfin tardivement reconnue. En 2008, l’avocat d’Elisabeth Borrel, Me Olivier Morice, avait été condamné après avoir mis en cause l’impartialité des juges français chargés de l’affaire, dont la juge d’instruction Marie­ Paule Moracchini. Les « jugements de valeur » de Me Olivier Morice à l’égard des juges chargés d’enquêter sur le décès suspect de Bernard Borrel avaient pourtant une « base factuelle suffisante », selon l’arrêt définitif rendu jeudi par la CEDH.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 246 - mai 2015. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter