Certifié conforme

Publié le 8 octobre 2015 (rédigé le 5 octobre 2015) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

A partir de notes de la DGSE auxquelles ils ont eu accès, les journalistes de Mediapart retracent le scénario qui a conduit à la défection puis à l’exfiltration de Béchir Saleh, directeur de cabinet et homme des financements occultes de Kadhafi (« Comment Sarkozy et Djouhri ont sauvé le bras droit de Kadhafi », 23/09).

Ces notes ont été demandées par les magistrats qui « voulaient vérifier la position prise par la DGSE sur l’authenticité d’un document libyen publié par Mediapart en avril 2012, concernant la mise en place d’un financement occulte à l’occasion de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. »

Bilan des courses : «  l’authenticité du document n’y est pas mise en doute un instant ».

Intéressant aussi : « Bachir Saleh, qui apparaissait comme l’un des acteurs du financement promis en 2007, pourrait être mêlé à des versements postérieurs. Les juges chargés d’enquêter sur les subsides libyens ont en effet découvert que l’homme qui a fait effectuer un virement de 500 000 euros en faveur de Claude Guéant en 2008, le banquier Wahib Nacer, était en fait "l’administrateur des comptes" de Bachir Saleh au Crédit agricole suisse, tout en étant très proche d’Alexandre Djouhri ».

L’étau continue de se resserrer autour des très proches de Nicolas Sarkozy, d’où peut-être son empressement à retrouver une immunité présidentielle…

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 250 - octobre 2015. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter