Panda attaqué

Publié le 21 juin 2016 (rédigé le 1er juin 2016) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Le WWF, souvent critiqué discrètement pour ses partenariats avec de grandes entreprises, est cette fois ouvertement attaqué par Survival, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes. En février, Survival avait annoncé avoir déposé une « plainte » contre le WWF devant l’OCDE : cette procédure n’est pas judiciaire mais vise seulement à signaler à cette organisation multilatérale un cas de violation des « principes directeurs » qu’elle édicte à destination des multinationales, pour qu’elle mène si besoin une médiation. Grande première, l’organisation visée est cette fois une ONG environnementaliste – celle dont le logo panda est largement connu du grand public.

Dans cette requête extra­judiciaire, Survival accuse le WWF d’être complice de la violation des droits des populations "pygmées" baka au sud­-est du Cameroun, en finançant des brigades anti-­braconnage qui ont commis de violents abus sur des membres de leur communauté. Le 25 mai, Survival a à nouveau tiré la sonnette d’alarme pour les Baka, en dénonçant le déboisement par le groupe français Rougier d’une vaste zone forestière de leur territoire, sans le consentement des communautés. Or, comme Survival le rappelle, le WWF a justement annoncé en 2015 avoir débuté avec Rougier « une collaboration stratégique de trois ans axée sur la bonne gestion forestière en Afrique ». En janvier dernier, le WWF France, présidé depuis novembre par Pascal Canfin, vantait dans un communiqué ce partenariat : « L’entreprise joue le rôle de l’employeur local par excellence et aussi d’exploitation et préservation de la forêt par ses procédures de contrôle et d’organisation de la société autour de son usine ». Les Baka, victimes du WWF par excellence ?

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 258 - Juin 2016. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter