Accueil du site > Billets d’Afrique > 2016 > 261 - octobre 2016 > « Au Tchad, c’est l’armée française qui soutient Déby »

Céline Narmadji

« Au Tchad, c’est l’armée française qui soutient Déby »

Publié le 6 février 2017 (rédigé le 5 octobre 2016)
Thèmes

Représentante d’une association de femmes et porte parole de la plate­forme de la société civile « Trop c’est trop », Céline Narmadji était de passage à Paris, invitée par Amnesty International. L’occasion de faire avec elle un état des lieux de la situation au Tchad.

« Il y a une injustice criante ! Manger, avoir de l’eau, de l’électricité, des soins, c’est un luxe, alors que c’est le minimum ! » dénonce Céline Narmadji. En 2014, alors que la situation économique est délétère, une pénurie de carburants importante dans ce pays producteur de pétrole déclenche la colère de la population. C’est le point de dé­ part de mobilisations d’ampleur de la socié­té civile, qui reprend force, malgré les intimidations et pressions : « La cherté de la vie, les biens du pays distribués à une mi­norité... on ne peut pas accepter, on s’est lancés, mais ce n’est pas facile car on s’est mis à dos le clan et ses courtisans. Mais on a persisté dans cette logique. Aujourd’hui, l’opinion nationale nous donne raison, car à partir du pétrole nous sommes allés vers la société ». Une coalition d’associations de la société civile, « Trop c’est trop », voit alors le jour pour rassembler les forces. Depuis des actions sont régulièrement menées mais sévèrement réprimées : tirs contre les mani­festants, intimidations, arrestations de dé­fenseurs des droits humains, de leaders de la société civile et de journalistes.

Élections et répressions

Début 2016, l’approche de l’élection présidentielle donne des espoirs à la société civile. En février, les mobilisations prennent un tournant à la suite du scandale du viol d’une lycéenne, Zouhoura, commis par des enfants de dignitaires du régime. Le choc et l’injustice cristallisent l’indignation de la po­pulation face à l’impunité. Des manifesta­tions importantes ont lieu, un jeune étudiant est tué par les forces de l’ordre. A quelques semaines des élections, le régime est acculé par la voix du peuple. Fin mars, peu avant le scrutin, les leaders de la société civile, Mahamat Nour Ibedou (collectif « Ça suffit »), Younous Mahadjir (représentant de l’Union des syndicats du Tchad), Nadjo Kai­ na Palmer (représentant du mouvement Iyi­na) et Céline Narmadji, sont arrêtés à la suite d’un appel à manifester, un droit inscrit dans la Constitution : « On est allé en pri­son car le droit constitutionnel s’est trans­ formé en délit. Le ministre prend un arrêté pour abroger une loi constitutionnelle, cela n’a aucun sens, on ne voit cela nulle part dans le monde ». Loin d’étouffer le mouvement, ces arrestations remobilisent la population qui se rassemble en soutien de­vant le tribunal le jour du jugement. Dans un pays où le droit à manifester est sans cesse bafoué, ces rassemblements pour dé­ fendre ce droit marquent un tournant. Les militants écopent d’une peine avec sursis mais la menace reste permanente : « parce que pour eux, après la prison, il ne faut plus parler mais ce n’est pas possible de se taire dans cette dictature, au vu et au su de tout le monde. Le régime Déby est un ré­gime répressif, toute voix discordante est ré­ primée de façon disproportionnée, sans réserve ». Céline Narmadji dénonce : « Tous les pouvoirs sont résumés en un seul pou­ voir exécutif ».

Hold-up électoral

Mais les revendications de la société ci­ vile n’empêchent pas le hold-up électoral. Le vote se déroule sous pression : villes princi­pales quadrillées par l’armée, internet cou­ pé. Des dizaines de militaires ayant refusé de voter pour Déby ont disparu. Des corps ont été retrouvés sans vie sur les bords du fleuve Chari à Ndjamena. Beaucoup sont toujours portés disparus. Malgré ces condi­tions, la population se mobilise pour suivre les étapes du vote. Alors que l’opposition estime à 10,10 % le score d’Idriss Déby et considère que le candidat est arrivé 4ème à l’élection, la CENI confirme sa réélection dé­ but mai. Céline Narmadji questionne la per­tinence de la présence d’observateurs : « qu’on arrête avec les élections, et qu’on avance ! Que l’on laisse l’argent des contri­buables européens et français dépensé pour faire du folklore autour des élec­tions ! On n’en a pas besoin, on sait qu’on est dans une dictature. La population se prendra en charge pour prouver le contraire ! » Dans ce contexte, la société ci­ vile a une force de mobilisation auprès de la population qui ne croit plus aux partis poli­ tiques. La plupart d’entre eux ont des rela­tions avec le pouvoir et certains sont prêts au dialogue post électoral. Céline Narmadji tranche : « Ils ont toujours servi avec Déby. Nous ne voulons pas entrer dans un gou­vernement. La lutte citoyenne, c’est la po­pulation qui la valide. Eux par contre cherchent le dialogue, mais, pour nous, tous ceux qui participeront au dialogue se­ront comme des traîtres, cela valide le hold-up. On ne peut dialoguer avec quelqu’un qui a volé les élections. »

Armée et engagement militaires

Depuis 2013 au Mali, et aujourd’hui dans la région du lac Tchad, l’armée tchadienne est présente sur différents fronts dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Céline Narmadji porte un regard critique sur ces engagements : « Les conséquences des inter­ventions militaires sont désastreuses en in­terne. Déby est en train de s’exhiber à l’international, avec une armée clanique qui sert de chair à canon dans le monde, au moment où sur son propre territoire, dans la région du lac, Boko Haram at­ taque chaque jour des citoyens ». Ces enga­gements militaires ont largement contribué à redorer l’image du régime tchadien à l’in­ternational : « une aubaine pour un régime de tortionnaires ». Mais la militante des droits humains en pointe l’incohérence : « Il lutte contre Boko Haram, mais lui­même est notre Boko Haram, le Boko Haram des Tchadiens. » Sur place, l’armée terrorise : « La population subit le racket des mili­taires, poussés à la violence par le régime ». Céline Narmadji martèle : « La force d’un pays est sa population, pas ses mercenaires envoyés à travers le monde ».

Soutien de la France

Alors que la population tchadienne vit dans la terreur, Ndjamena accueille le quar­tier général de Barkhane, opération de « lutte contre le terrorisme » dans la bande sahélo­-sahélienne. Céline Narmadji critique les relations militaires entre la France et le Tchad : « L’armée française et le Tchad ont une relation déplorable. Au moment où les Tchadiens disent non et poussent Déby jus­ qu’au bout pour qu’il parte, c’est la France, l’armée française qui le soutient. En 2006 et 2008, alors que les gens commençaient à comprendre le jeu du régime, et voulaient se débarrasser de Idriss Déby, c’est l’armée française qui l’a protégé. Donc on ne sait pas quel est le rôle de Barkhane à Ndjame­na, est­-ce préserver l’intérêt de tous, dé­ fendre et protéger les droits humains ? » Depuis l’intervention du Tchad au Mali, aux côtés de la France, les visites officielles se sont multipliées. La présence du ministre de la Défense français à l’investiture d’Idriss Déby début août cautionne ces élections controversées : « Malgré la disparition de militaires ! Quand on dit que Déby est un ami parce qu’il est militaire, c’est un faux débat. Si la France veut redorer son image, il faut s’écarter de cette dictature. Il a la carte blanche de la France pour tuer. » De même, l’appui de la France pour l’entrée du Tchad au Conseil de sécurité de l’ONU, où il a siégé en tant que membre non permanent de 2013 à 2015, est décrit par Céline Nar­madji comme « une insulte pour la popula­tion, parce que on ne peut parrainer jusqu’à ce niveau quelqu’un qui n’a au­cune notion de démocratie, de justice so­ciale, qui vit dans l’intimité la plus totale de la barbarie ». Elle déplore l’effet négatif de la politique française sur l’avenir des rela­tions entre les peuples : « Ma peur est qu’un jour la jeunesse s’attaque aux jeunes Fran­çais, qui vont paraître complices de ce que fait la France. Il ne faut pas que les déci­sions politiques puissent impacter sur la vie des jeunes. La jeunesse est dépassée. »

Perspectives de la société civile

A la suite de « Trop c’est trop », diffé­rentes plate­formes se sont créées. « Une force », selon Céline Narmadji, car ces plate-formes travaillent toutes dans le même sens et permettent de fédérer plus largement : « C’est une force tranquille. C’est ce qui fait peur à Déby. Il a tenté d’utiliser les opposi­tions Nord­-Sud, musulmans­-chrétiens. Mais dans ces plate­formes, ces distinctions n’existent pas, c’est la vision qui compte, le changement de nos pratiques. » Pour avan­cer, les organisations de la société civile manquent aujourd’hui de moyens, mais ceux­-ci sont difficiles à trouver : « Mainte­nant les organisations qui sont vraiment dynamiques dans la lutte citoyenne sont fi­chées. Par exemple mon organisation ne peut plus avoir de soutien de partenaires du Tchad pour mener des activités de conscientisation et d’éducation de la popu­lation. On travaille à la base pour expli­quer à la population pourquoi on est dans la rue. Le gouvernement a donné des ins­tructions à ses partenaires, de ne pas nous soutenir, y compris l’Union Européenne, alors qu’elle devrait être consciente de ce qui se passe. D’autant plus que nous sommes des associations, pas des partis po­litiques. La présence de l’UE et de l’ambas­sade de France sont de la poudre aux yeux, ils soutiennent Déby. »

Des ONG proches du pouvoir court­-cir­cuitent ces possibilités de soutien et inter­ viennent auprès des instances internationales, où, sous couvert de dé­fendre les droits humains, elles cautionnent le régime. Malgré ces difficultés, les organi­sations de la société civile poursuivent la lutte. Ces dernières semaines, les mobilisa­tions reprennent dans un contexte de crise financière aiguë : grève des étudiants, grève des enseignants... Si les dates des législatives à venir en 2017 ne sont pas encore fixées, ce scru­tin local risque d’être sous haute tension. La fraude opérée au niveau national ne pourra pas se faire de la même manière sur des pe­tits échelons. Cette dimen­sion locale est une force pour la société civile. Cé­line Narmadji annonce : « ce mandat ne sera pas un mandat apai­sé. »

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 261 - octobre 2016. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
Dans la même rubrique
S'abonner à la newsletter