Barbouze un jour...

Publié le 14 octobre 2016 (rédigé le 10 octobre 2016) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

On savait, au vu de son amitié avec Mi­chel Tomi (surnommé « le parrain des parrains ») que l’ancien patron de la DCRI sous Sarkozy, Bernard Squarcini, cultivait les re­lations "particulières". On a récemment ap­pris qu’après avoir été remercié, il s’est mis à son compte et au service du dictateur congolais alors que ce dernier préparait sa "réélection". Croyant savoir qu’un « mouve­ment insurrectionnel » visant à « déstabili­ser » Denis Sassou Nguesso était en préparation, il fournit aimablement « le nom des opposants, leurs conseils en France, leur plan d’action » à « Jean­-Domi­nique Okemba, le Monsieur Sécurité de Sassou Nguesso, qu’il connaît de longue date ». « Est-­ce à cause de cette mise en garde que le gouvernement de Brazzaville coupe toutes les liaisons téléphoniques et les échanges internet au moment du scrutin ? », se demandent les journalistes du Nouve­lobs.com (13/07).

Par ailleurs, visé par différentes enquêtes, Squarcini a fait l’objet de plu­sieurs perquisitions au cours desquelles les enquêteurs ont eu la surprise de découvrir « des rapports classés secret-­défense (...), des notes sur des personnalités politiques de tout bord, des pièces de procédures ju­diciaires couvertes par le secret de l’instruction » et « la trace de nombreux échanges avec des policiers soumis au se­cret professionnel ». Certains documents confidentiels concernent notamment « l’in­termédiaire libanais Ziad Takieddine et la Libye », mais aussi « une synthèse estam­pillée "secret­-défense" » concernant « un haut fonctionnaire français. Dans quel but et comment l’ex-­directeur de la DCRI a­-t­-il récupéré ces informations classifiées ne relevant pas de son service ? Afin de faire la lumière sur ces découvertes, le parquet de Paris a déclenché plusieurs en­ quêtes préliminaires, notamment pour "recel de violation du secret professionnel" et, surtout, "compromission du secret de la défense nationale". » Parions qu’avec au­tant de dossiers, même conservés aussi im­prudemment, l’ancien espion de Sarkozy ne sera pas trop inquiété...

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 261 - octobre 2016. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter