Promesses primaires

Publié le 27 novembre 2016 (rédigé le 1er novembre 2016) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

RFI (07/10) a interrogé les candidats des primaires de la droite : « S’ils accédaient à l’Elysée, quelles relations établiraient­-ils entre la France et le continent [africain] ? ». Evidemment, ils sont tous pour une relation « d’égal à égal », « équilibrée », « respec­tueuse » avec les pays africains, et tous pour en faire une priorité. Ils sont tous d’accord pour dire que c’est aux Africains de décider de leur avenir, et tous pleins de bons conseils pour leur expliquer ce qu’ils devraient faire : à commencer par choisir des entreprises françaises si l’on en juge par l’obsession que constitue la perte de parts de marché face à la concurrence. Copé se distingue un peu : pour lui, la « Françafrique » ne veut tout sim­plement rien dire et « sa priorité est donc de rendre à la France l’influence qu’elle a per­due ces dernières années en Afrique ». Les autres se contentent de gloser sur les rela­tions ou le lien « particuliers », « historiques », « indissoluble », « sentimental » et notre « destin lié ». Sarkozy promet « un gigantesque plan Marshall de développement de l’Afrique » et s’indigne : « Je n’accepte pas qu’il n’y ait pas un seul pays africain membre du Conseil de sécurité [de l’ONU]. Membre permanent, pas membre élu. Dans mon esprit, il en faudrait au moins deux. » Son esprit a dû oublier qu’il aurait pu mener cette bataille quand il était aux affaires...

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 262 - novembre 2016. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter