Accueil du site > Billets d’Afrique > 2017 > 264 - janvier 2017

Billets d'Afrique 264 - janvier 2017

Télécharger ce numéro en pdf

Billets d'Afrique 264 janvier 2017

Édito

Drôle d’ambiance à Bamako

28 janvier 2017 par Fabrice Tarrit

En ce début d’année 2017, c’est une capitale malienne moribonde, assommée par des an­nées de marasme et de tensions qui vient d’accueillir pour la deuxième fois le sommet des chefs d’État d’Afrique et de France. C’est ainsi qu’en avait décidé François Hollande, alors qu’il pensait être can­didat à la présidentielle et ouvrir sa campagne par une célébration internationale de ses supposés succès mi­litaires en Afrique, dans un pays symbole du retour d’une Françafrique martiale et triomphante.

Mais de quels succès parle­-t­-on ? Le bilan des opé­rations extérieures (Opex) françaises de ces dernières années n’est guère reluisant. Aucune situation n’est stabilisée dans les pays où la France a dé­ployé ses soldats et la capitale malienne était un lieu bien mal choisi pour venir pavoiser. Ba­mako en 2017, c’est 2005 (an­née du dernier Sommet France­-Afrique tenu sur le conti­nent africain), en pire. Les frais engagés pour organiser le som­met grèvent le budget malien (avec emprunt obliga­taire à la clé), les infrastructures attendues ne concernent que les principaux axes et les lieux fré­quentés par les délégations. Des belles villas construites pour l’occasion, de l’agrandissement des hôtels de luxe, des millions de CFA engloutis pour former des jeunes au protocole diplomatique, le peuple bamakois n’a rien vu, contentant de subir les inconvénients des travaux, le ballet des délégations bloquant la circulation sur les ponts, les fouilles inces­santes de véhicules, la fébrilité des forces de l’ordre. Dire que ce sommet n’a déclenché aucun enthou­siasme est un euphémisme. Partout dans le centre­ ville, les commerçants informels ont été « déguerpis » manu militari, suscitant de nombreuses protestations. « Villas de luxe et boulevards rénovés pour le Sommet Afrique­-France, égouts qui débordent et nids de poules pour le sommet Mali­-Mali », résumait sur un forum un bloggeur malien.

A quelques jours de l’ouverture du sommet, les rues de Bamako étaient encore étrangement vides de signaux annonçant l’événement. Serait­-il devenu sen­sible de parler de la France dans la capitale malienne, quatre ans après le début de l’Opération Serval, cette « opération du cœur » vantée par un ambassadeur, et son déluge d’images de drapeaux français et de foules reconnaissantes orchestré par la communication ély­séenne ? Oui, indiscutablement. Car si la France n’est pas la responsable de tout ce qui va mal dans la socié­té malienne d’aujourd’hui, sur le plan militaire, poli­tique et économique, elle a contribué à la perte de souveraineté du pays et au déficit de légitimité de ses dirigeants. Installés en hâte à l’issue d’un processus bâclé, embourbés dans une succession de scandales, ceux­-ci n’ont pas su générer un renouvellement des élites, reconstruire un projet pour le pays et régler les ten­sions sociales et religieuses. La question du Nord n’est pas ré­glée, l’insécurité touche la plu­part des régions et la capitale et des groupes d’attaque ou de défense à composante « eth­nique » se développent. Des prédicateurs remplissent les stades, courtisés par les respon­sables politiques de tous bords. Malgré une croissance dopée par le cours de rares produits d’exportation, la pauvreté est toujours aussi visible dans une capitale qui n’en finit plus de s’étendre au rythme de l’exode rural. Dans les avions, les militaires étrangers ont remplacé depuis longtemps les touristes, en attendant de l’être par les sans­-papiers refoulés, si le Mali signe avec l’Union Européenne l’accord de réadmission en cours de négociation, qui a suscité un mouvement de colère considérable dans le pays et dans la diaspora. Pendant ce temps, François Hollande, l’armée et le Medef étaient tout affairés organisé de leur sommet dédié à la promotion de l’ingérence française et de la diplomatie économique, déployée tous azimut pour gagner de juteux marchés subventionnés par l’aide in­ternationale. Mais dans les rues bamakoises, et au cœur des mobilisations de la société civile organisés en marge du Sommet pour contester le néocolonia­lisme et l’arrogance française, cette fois, plus per­sonne n’était dupe.


264 - janvier 2017
Billets d’Afrique

Bulletin mensuel d’information alternative sur les avatars de la politique de la France en Afrique depuis 1994, Billets d’Afrique et d’ailleurs constitue l’un des piliers de notre volonté de mieux informer.

Billets est disponible sur abonnement à Survie (voir formulaire dans cette rubrique) au prix de 25 € par an (30 € pour l’étranger) pour 11 numéros de 12 pages.

Abonnez vous !

Vous pouvez le découvrir dès à présent et télécharger les anciens numéros dans cette rubrique.

S'abonner à la newsletter