Cadeau de départ

Publié le 16 septembre 2017 (rédigé le 2 juin 2017) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

« C’est un ultime renoncement qui ré­sume à lui seul bien des déceptions du quinquennat de François Hollande », rap­porte l’Observatoire des multinationales (16/05) : « Le décret d’application de la loi Sapin 2, publié au Journal officiel le 10 mai dernier (...) valide la création d’un registre numérique des "représentants d’intérêts", autrement dit des lobbyistes. C’était l’une des mesures emblématiques de la loi Sapin 2, adoptée en novembre 2016. » Mais « le dispositif prévu pour mettre en œuvre la loi Sapin 2 ­- déjà elle­ même limitée -­ a été considérablement al­légé dans la version finale du décret d’ap­plication, malgré les avertissements de la société civile, ainsi que de la Haute Auto­rité pour la transparence de la vie pu­blique elle-­même (...). Contrairement à ce qui avait été envisagé, les lobbyistes n’au­ront finalement pas à déclarer l’identité des parlementaires, hauts fonctionnaires, ministres ou conseillers ministériels qu’ils rencontrent dans le cadre de leurs activi­tés. » Au nom, bien entendu, du sacro­-saint « secret des affaires »...

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 268 - juin 2017. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter