Effets d’annonce

Publié le 13 septembre 2017 (rédigé le 2 juin 2017) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Le fils Ben Barka vient de faire part de sa déception (RFI, 21/05) alors que les au­torités françaises avaient promis début mai de procéder à la déclassification de 89 nou­veaux documents sur la mort de son père : « Ces documents existent déjà dans le dos­sier. Il n’y a donc rien de nouveau. Cer­tains font partie des premières investigations du juge Zollinger, en 1966, et puis les autres font partie du paquet qui avait été déclassifié en 1982, sur ordre de Mitterrand et de Mauroy, et qui ont été to­talement déclassifiés en 2000 par Mme Al­liot-­Marie. Cela ne concerne pas ceux que nous avions sollicités, à savoir des docu­ments qui ont été saisis dernièrement, en 2010, à la DGSE ».

Après un scénario simi­laire concernant l’annonce par Hollande en avril 2015 de la déclassification des archives de l’Elysée sur le Rwanda (cf. Billets n°266, mars­-avril 2017), le camouflage du maintien de la (dé)raison d’Etat devient une habi­tude... Et à chaque fois, les effets d’an­nonce trouvent évidemment beaucoup plus d’échos médiatiques que le bilan des docu­ments réellement déclassifiés.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 268 - juin 2017. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter