Accueil du site > Billets d’Afrique > 2017 > 268 - juin 2017 > Soutien français à la déforestation

Soutien français à la déforestation

Publié le 16 septembre 2017 (rédigé le 2 juin 2017) par Billets d’Afrique et d’ailleurs...

« A quoi joue l’AFD ? » se demande Greenpeace dans un communiqué du 15 mai dernier consacré à l’exploitation forestière en République démocratique du Congo. Ce pays est en effet soumis, depuis la fin de la guerre civile, à une moratoire concernant l’attribution de nouvelles concessions forestières pour éviter une déforestation massive et dérégulée. Même s’il n’est pas strictement respecté dans les faits, le moratoire a néanmoins contribué à protéger la forêt congolaise des appétits des multinationales et autres groupes maffieux.

Or l’Agence française de développement, qui a « récemment pris des engagements pour éviter de financer tout projet qui contribuerait à la déforestation ou la dégradation des forêts en Afrique », est pourtant engagé dans un projet visant à obtenir la levée du moratoire d’ici 2018 pour accroître « l’espace forestier sous concession pour l’amener à 300 000 km2, soit plus qu’un quart de la forêt du pays – une superficie équivalente à celle de l’Italie (...) alors que la RDC n’a en aucun cas mis en place les conditions d’une gouvernance forestière à même de préserver la ressource dans la durée ». Une politique hypocrite qui n’est pas isolée : la même semaine, on apprenait l’attribution par Proparco, la filiale de l’AFD dédié aux investissements privés, d’un prêt de « 15 millions d’euros sur 10 ans à Rougier Afrique International, principale filiale du groupe Rougier » (agenceecofin.com, 19/05). « Cette opération aura des impacts significatifs sur le développement socio­-économique de la région (...) et sur la préservation et la gestion durable des forêts du Bassin du Congo », assure Proparco. Significatifs, certainement, mais positifs, c’est une autre affaire.

Vous venez de lire un article du mensuel Billets d'Afrique 268 - juin 2017. Pour recevoir l'intégralité des articles publiés chaque mois, abonnez vous:
S'abonner à la newsletter