Accueil du site > Billets d’Afrique

Billets d’Afrique

Bulletin mensuel d’information alternative sur les avatars de la politique de la France en Afrique depuis 1994, Billets d’Afrique et d’ailleurs constitue l’un des piliers de notre volonté de mieux informer.

Billets est disponible sur abonnement à Survie (voir formulaire dans cette rubrique) au prix de 25 € par an (30 € pour l’étranger) pour 11 numéros de 12 pages.

Abonnez vous !

Vous pouvez le découvrir dès à présent et télécharger les anciens numéros dans cette rubrique.


244 - mars 2015

Édito

D’Épervier à Barkhane et de Fabius à Fabius

Le 26 janvier, les forces de l’ordre ouvraient le feu contre les élèves de terminale du lycée Pascal Yoadimnadji de Doba, dans le sud du Tchad, qui manifestaient contre la modification des règles d’inscription au baccalauréat, faisant cinq morts, dont trois lycéens.

Le 21 février, Laurent Fabius se rendait à Ndjaména pour assurer le Président Idriss Déby de l’amitié chaleureuse du Président français. La France a fait du Tchad la base de son dispositif Barkhane, censé combattre la menace djihadiste au Sahel. Ce même Fabius dirigeait le gouvernement qui, en 1986, installait le dispositif Épervier, par lequel la France affirmait son emprise militaire sur ce pays. Le prétexte était alors de le protéger des menées de Kadhafi.

En réalité, depuis la pseudo-indépendance de 1960, le Tchad connaît un état de guerre permanent, en dépit - à cause ? - de la tutelle étroite de l’armée et des services français. Dès les années soixante la France s’ingérait militairement pour défendre le pouvoir en place contre la rébellion, qui en 1975 capture et exécute le commandant Galopin, membre du SDECE et chef de la garde nationale tchadienne. La France s’enracine militairement via l’installation des dispositifs Manta et Epervier. Nul ne peut prendre la tête de l’État tchadien sans son aval. Elle décide de soutenir la dictature sanglante d’Hissène Habré avant de le remplacer par son chef d’Etat-major, formé à l’Ecole supérieure de guerre de Paris, le cruel Idriss Déby Itno. Elle n’a jamais en revanche eu un geste pour les représentants de l’opposition pacifique et démocratique à la dictature, quand elle ne s’est pas faite auteur ou complice de leur élimination, depuis le docteur Outel Bono, assassiné par un agent des services français à Paris en 1973 jusqu’au Pr Oumar Mahamat Saleh, arrêté à Ndjamena lors de la crise de 2008 et qu’on n’a plus revu depuis. Déby est étroitement dépendant de l’armée française, à laquelle il doit son maintien au pouvoir, notamment face à la rébellion de 2008. En retour, il implique son pays, pourtant l’un des plus misérables au monde, dans les opérations militaires françaises au Mali et en Centrafrique, qu’il fournit en chair à canon. Surtout, il se pose désormais comme rempart contre les attaques de Boko Haram au Niger, au Nigeria et au Cameroun, attaques qui se concentrent sur la cuvette du lac Tchad, riche d’importantes ressources pétrolifères.

Il est probablement en réalité le plus grand déstabilisateur de l’Afrique subsaharienne depuis la fuite de Compaoré. Sa responsabilité dans la guerre civile qui déchire la Centrafrique est incontestable. Quant à son rôle exact à l’égard de Boko Haram, il suscite beaucoup d’interrogations. Certains chez ses voisins camerounais ou nigérians le soupçonnent d’avoir parmi ses proches des affairistes susceptibles d’approvisionner Boko Haram. On cite Nourredine Adam, une des têtes de la Seleka en Centrafrique, et le milliardaire nigérian Ali Modu Sheriff, très actif au Tchad dans le domaine pétrolier.

Laurent Fabius avait tenu à faire savoir naguère que « Bachar al Assad ne méritait pas d’être sûr terre ». C’est là un jugement moral bien plus sévère que ceux qu’on reproche à des associations telles que Survie, que la volaille qui fait l’opinion accuse de faire preuve d’une moraline mal placée. Comment justifier dès lors qu’on aille cajoler le premier en Afrique à avoir recruté des enfants-soldats ? Le socialisme français aurait-il besoin de ce sang-là ?

Billets d'Afrique
S'abonner à la newsletter