Accueil du site > BPEM > La promotion des Biens publics à l’échelle mondiale, un objectif statutaire de (...)

La promotion des Biens publics à l’échelle mondiale, un objectif statutaire de Survie

6 décembre 2006 par BPEM

Voir le site spécifiquement dédié à cette thématique : http://bpem.survie.org//

Survie milite depuis une vingtaine d’années en faveur d’une réforme de la politique de la France en Afrique et pour un contrôle de son Aide publique au développement.

Toutefois ayant pris conscience que cette aide au développement entre dans un vaste système de corruption qui, sous couvert de la défense des intérêts politiques et économiques de la France en Afrique (et tout particulièrement dans ses anciennes colonies), conduit au soutien infaillible à des dictatures au mépris des revendications des populations africaines, Survie a progressivement orienté son travail sur la dénonciation de cet état de fait et de ses conséquences, dont le génocide des Tutsis du Rwanda a été la plus terrible, mais non la seule.

La nécessité de concevoir de nouvelles formes de solidarité internationale n’était pas oubliée pour autant.

En novembre 1999, Survie organisait ainsi à l’Assemblée nationale un colloque intitulé "Réinventer la solidarité internationale". Le sous-titre de cette journée de débat désignait le défi à relever : De "l’aide" aux "biens publics à l’échelle mondiale" [1].

Les échanges d’idées et l’intérêt manifesté au cours de ce colloque ont conduit, quelques mois plus tard, à la création sous l’égide de Survie de l’association Biens publics à l’échelle mondiale (BPEM).

L’association BPEM

A partir juillet 2000, l’association BPEM a développé une réflexion en profondeur sur les biens publics mondiaux.

Rejetant les définitions préalables par l’économie (les lacunes du marché...), pour nous les biens publics sont avant tout le produit de choix sociétaux. Ce sont des choses dont on a admis que les gens et les peuples ont droit, produites et réparties dans les conditions d’équité et de liberté qui sont la définition même du service public, quels que soient les statuts des entreprises qui assurent cette mission. Les droits universels humains et écologiques en sont la règle, les institutions internationales légitimes le garant, la démocratie l’exigence permanente, et le mouvement social la source [2].

Parallèlement à cette réflexion sur la problématique générale, BPEM a été à l’origine de la création de plusieurs groupes de réflexion thématiques : santé, communication, justice, marine marchande ont notamment fait l’objet de réunions ayant pour objectifs de définir le bien public concerné, de déceler les obstacles à son développement à l’échelle mondiale et d’imaginer les alliances qui pourront les contourner. Ces groupes thématiques rassemblent des spécialistes et des militants du mouvement social (associatif et syndical), chercheurs, économistes, juristes, enseignants, etc.

Ces travaux ont donné lieux à de nombreuses conférences et à des publications, dont "On peut changer le monde - A la recherche des biens publics mondiaux".

Réintégration de BPEM au sein de Survie

L’association BPEM a ainsi cheminé pendant 6 ans auprès de Survie. Elle a reposé durant ces quelques années sur un groupe de personnes très motivées qui n’ont pas compté leur temps. Toutefois, pour des raisons de fonctionnement, l’association a été dissoute en juin 2006 pour être réintégrée au sein de Survie.

Cette restructuration est destinée à impulser une meilleure prise en charge de la thématique par Survie, conformément à son premier objectif statutaire : " promouvoir l’accès de tous aux biens publics ". En retour le chantier BPEM pourra bénéficier plus directement de l’expérience de Survie en terme de sensibilisation et d’interpellation des citoyens et des élus (au travers notamment de conférences-débats ou de campagnes à plus grande échelle).

Dans un premier temps, malgré les problèmes pratiques que pose toute restructuration, les travaux en cours de BPEM ont été poursuivis, comme en témoignent le lancement du dernier livre de François Lille sur les Biens communs et publics [3] et le développement d’un nouveau chantier sur l’alimentation, amorcé en 2005.

Le site http://bpem.survie.org/ est spécifiquement consacré à la promotion des Biens publics à l’échelle mondiale (BPEM).

Voir aussi "notre démarche" dans la rubrique "Qui sommes-nous" du site http://bpem.survie.org/

S'abonner à la newsletter