Accueil du site > Françafrique > Sommet France-Afrique - N. Sarkozy annonce la fin de la Françafrique

Sommet France-Afrique - N. Sarkozy annonce la fin de la Françafrique

31 mai 2010 par Survie

A l’occasion du 25ème Sommet des chefs d’Etat de France et d’Afrique, le président français Nicolas Sarkozy a créé la surprise en annonçant vouloir « en finir avec 50 ans de Françafrique » et de faire de l’année 2010 « la véritable année de la décolonisation ». Une annonce qui correspond aux promesses déjà émises par le président français en 2007.

C’est dans le numéro spécial du quotidien gratuit 50 ans Cétro que cette réforme en profondeur de la politique de la France en Afrique est présentée en détail.

En voici les principaux volets :

  • un business mieux encadré, avec l’obligation pour les entreprises françaises de respecter les principes de responsabilité sociale, environnementale et fiscale,
  • une refonte de l’aide au développement, plus transparente et axée sur la promotion des biens publics,
  • la suspension des relations diplomatiques avec les régimes ne procédant pas d’élections démocratiques et auteurs de violations des droits humains,
  • la fermeture des bases militaires françaises et l’instauration d’une véritable contrôle parlementaire sur les opérations extérieures de la France.

L’information est diffusée aujourd’hui dans les rues de Nice par les distributeurs du journal gratuit aux cris de « Cétro édition spéciale. Nicolas Sarkozy met fin la Françafrique : 50 ans que les Africains attendent ça ». Les crieurs nous apprennent aussi que « Furieux, les dictateurs Sassou Nguesso, Bongo et Déby quittent le Sommet de Nice », que « l’action de Total et celle d’Areva perdent 10 points à la bourse de Paris » ou encore que « L’armée française quitte l’Afrique. 10 000 soldats réclament leur prime ». Les crieurs annoncent également « en Afrique, la rue fête cette nouvelle décolonisation ».

L’association Survie, qui milite depuis des années pour une telle réforme, pourrait se satisfaire de ces nouvelles annonces. Mais il n’en est rien puisque cette réforme n’existe pas.

En effet, notre association diffuse à l’occasion du Sommet de Nice, l’édition spéciale d’un faux journal gratuit titré « 50 ans. Françafrique. Cétro ».

PDF - 1.6 Mo
Le numéro spécial du quotidien gratuit 50 ans Cétro

Par cette opération, notre association entend interpeller l’opinion, les médias et les décideurs français sur le fait qu’une autre relation France-Afrique est possible, à savoir une relation fondée sur la promotion de la démocratie et de l’état de droit, sur la défense des droits humains et la lutte contre la corruption au profit du développement du continent.

Or ces sujets, pourtant cruciaux pour les populations africaines, ne sont pas à l’ordre du jour du Sommet de Nice. Celui-ci est en grande partie consacré aux questions économiques, reflétant la conception toute élyséenne des relations franco-africaines que l’association Survie qualifie de « coopération business ». Survie dénonce particulièrement le dévoiement de l’aide publique au développement (APD) au profit du secteur privé et notamment des entreprises françaises.

Ces revendications rejoignent celles émises aujourd’hui par une quarantaine de personnalités françaises et africaines (historiens, parlementaires, juristes, journalistes, militants associatifs, écrivains, artistes, etc.) dans un appel intitulé « Libérons nous de 50 ans de Françafrique » publié dans le quotidien L’Humanité et qu’il est possible de signer en ligne sur le site de campagne afrique2010.fr.

Le faux journal gratuit sera notamment distribué ce lundi soir 31 mai vers la place de la Libération à Nice à l’occasion d’un « Carnaval de la Françafrique » organisé par l’association Survie et de la manifestation qui réunira à 18h30 une quarantaine d’organisations locales et nationales au sein du collectif « ChasséEs ici. PilléEs là-bas ».

Odile Biyidi, présidente de Survie, Brice Mackosso, coordinateur de la coalition « Publiez ce que vous payez » - Congo Brazzaville et André Afanou du CACIT-Togo (Collectif des Associations contre l’impunité au Togo) ainsi que d’autres intervenants participeront à un grand débat en plein air à partir de 20h30 place de la Libération.

S'abonner à la newsletter