Accueil du site > Françafrique > Congo Brazzaville > Congo-Brazzaville (juillet 2009, février 2012)

Congo-Brazzaville (juillet 2009, février 2012)

9 juillet 2009

Extrait du Communiqué de presse de Survie et Fédération des Congolais de la Diaspora du 9 juillet 2009 : Denis Sassou Nguesso à Paris : les dictateurs sont toujours les bienvenus à l’Élysée

[..] Survie et la Fédération des Congolais de la Diaspora (FCD) dénoncent cette visite et demandent aux autorités françaises :
-  la fin du soutien au régime dictatorial de Denis Sassou Nguesso et aux autres dictatures en Afrique
-  la dénonciation des élections factices visant à maintenir les dictateurs
-  l’arrêt des pressions politiques au travers du Parquet dans l’affaire des Biens Mal Acquis
-  le gel des avoirs illicites des dictateurs et le renforcement des mécanismes préventifs
-  le soutien à l’exigence d’une enquête véritable sur la mort de Bruno Ossébi
-  l’arrêt de toute coopération militaire, policière et la suppression des partenariats de Défense avec les régimes dictatoriaux
-  la création d’une commission d’enquête parlementaire sur l’ensemble de la coopération militaire et policière française en Afrique.

*

Elections 12 juillet 2009 :

Extrait du Communiqué de presse du 9 juillet 2009 :

CONGO-BRAZZAVILLE - Appel des Organisations de la Société Civile congolaise et française présentes en France - Elections présidentielles du 12 juillet 2009 en République du Congo : Vigilance à l’approche d’un drame politique annoncé

http://survie.org/Appel-des-Organisations-de-la.html

[..] Les conditions pour une élection libre et transparente sont-elles réunies aujourd’hui ? Malheureusement, le gouvernement congolais en place n’ayant pas donné suite à l’offre de l’Union Européenne d’observer le processus électoral, il est illusoire de s’attendre à autre chose qu’un simulacre d’élection avec des résultats déjà connus à l’avance étant données les conditions de préparation :

- Commission Electorale Nationale Indépendante refusée par le régime en place,

- Droits de l’opposition systématiquement bafoués pendant la campagne électorale,

- Absence de clarté des listes électorales basées sur le recensement tronqué de 2007,

- Non-respect continuel de la Constitution.

Nous lançons un appel à la communauté internationale pour qu’elle reste vigilante et relève, publiquement et de façon impartiale, toutes les failles de cette réélection annoncée. Car, pour les forces citoyennes, la seule alternative possible au gouvernement actuel réside non pas dans l’existence de candidats d’opposition dits crédibles mais dans la refonte des bases du processus même des élections et du système politique.

Le risque est grand qu’au lendemain du 12 juillet, le Congo sombre à nouveau dans des troubles graves.

Cet appel s’adresse particulièrement à la France qui entretient des liens toujours ambigus avec ce pays, cas d’école de la Françafrique, comme en témoignent les déclarations du Président Nicolas Sarkozy à Brazzaville le 28 mars dernier : « grâce au Président SASSOU NGUESSO, le Congo a retrouvé la stabilité et la sécurité », alors qu’il est le premier responsable des années de guerre civile et de massacres entre 1997 et 2002.

La France pourrait s’inspirer des positions qu’elle avait prises au moment des élections au Zimbabwe en 2008 : elle avait condamné par avance des élections faussées. En 2002, la communauté internationale avait également condamné le Zimbabwe pour ses élections truquées alors qu’elle fermait les yeux sur celles du Congo qui s’étaient déroulées dans des conditions d’organisation similaires.

* * *

Rappel : AFFAIRES DES DISPARUS DU BEACH

Extrait de l’article de Billets d’Afrique Congo-Brazzaville : Meaux, maux, mots : un procès bidon loin du Beach - septembre 2005

http://billetsdafrique.survie.org/Congo-Brazzaville-Meaux-maux-mots

[..] Bref rappel : Au mois de mai 1999, au moins 350 réfugiés congolais originaires du Pool (sud du Congo), à leur retour de la République Démocratique du Congo (RDC) via le Beach (le point de passage fluvial entre Kinshasa et Brazzaville) à la suite d’un accord entre les deux Congo et le Haut Commissariat pour le Réfugiés (HCR), ont été arrêtés par des agents publics, puis massacrés près du palais présidentiel. Des rescapés du massacre, réfugiés en France, ont porté plainte contre de présumés responsables du crime, notamment le Général Dabira (2002), inspecteur général des armées à l’époque des faits, et le Général Jean-François Ndenguet (2004), patron de la sécurité intérieure, tous deux propriétaires de domiciles en Seine et Marne. Une information judiciaire est ouverte en février 2002 au Tribunal de grande instance de Meaux.

Plus d’informations :

Site de la Fédération des Congolais de la Diaspora (FCD) http://www.fcd-diaspora.org/

Sur le site de la FIDH

http://www.fidh.org/-Affaire-des-disparus-du-Beach-?debut_derniers_articles=20

http://www.fidh.org/La-Cour-de-cassation-donne-le-feu

jeudi 10 avril 2008 Affaire des "disparus du Beach" de Brazzaville - La Cour de cassation donne le feu vert à la poursuite de l’instruction La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et ses ligues membres en France, la Ligue française des droit de l’Homme et du citoyen (LDH), et en République du Congo, l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH), se félicitent de voir l’instruction dans l’affaire des « disparus du Beach » de Brazzaville se poursuivre devant les juridictions françaises, suite à l’arrêt de la Cour de cassation rendu le 9 avril 2008. [..]

http://www.fidh.org/L-affaire-des-d... mercredi 16 avril 2003 L’affaire des " disparus du Beach " devant la Cour internationale de justice : Le droit des victimes à un recours effectif en question. L’affaire des " disparus du Beach " au Congo Brazzaville est désormais entre les mains du principal organe judiciaire des Nations-Unies : la Cour internationale de justice, basée à La Haye. La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et ses affiliées française et congolaise : la Ligue française des drois de l’Homme et du Citoyen (LDH) et l’Observatoire Congolais des droits Humains (OCDH), tiennent a rappeler que la plainte, déposée sur le fondement de la compétence universelle des tribunaux français pour connaître des crimes de torture, disparitions forcées et crimes contre l’humanité, vise des crimes commis à grande échelle en mai 1999 à l’encontre de personnes qui s’étaient réfugiées dans la région du pool - zone de forêt tropicale au sud de Brazzaville - pendant la guerre civile de 1998. [..]

Communiqué de presse de la FIDH du 28 juin 2002 " Congo Brazzaville : une mascarade de procès imaginée pour tenter d’entraver la justice française " : http://www.fidh.org/communiq/2002/c...

Rappel des faits et de la procédure en France http://www.fidh.org/afriq/dossiers/...

S'abonner à la newsletter