Accueil du site > Françafrique > Congo Brazzaville > Elections législatives au Congo–B : l’occasion pour le nouveau gouvernement (...)

Elections législatives au Congo–B : l’occasion pour le nouveau gouvernement français de se démarquer du soutien à la dictature

Après le très mauvais signal de la réception d’Ali Bongo par François Hollande le 5 juillet 2012, le nouveau gouvernenement français se trouve confronté à un nouveau test, le 15 juillet : les élections législatives au Congo Brazzaville, un des pays phares de la Françafrique.

PDF - 302 ko
Etat des lieux de la relation France / Congo-Brazzaville à l’occasion des élections législatives congolaises du 15 juillet 2012

Les élections législatives qui vont se tenir le 15 juillet prochain au Congo Brazzaville, suscitent avant tout un rejet de la part des Congolais, habitués à des élections “hold-up” ou à des “mascarades", selon les termes employés. L’enjeu majeur pour Sassou Nguesso, le dictateur au pouvoir depuis sa réinstallation en 1997 par Elf et les services secrets français, est d’obtenir une assemblée totalement soumise qui validera les changements constitutionnels qui lui permettront de se représenter à l’élection présidentielle de 2016 et de préparer la dynastie familiale à reprendre sa succession.

Ces élections surviennent en retard sur le calendrier initial, du fait de l’explosion de l’arsenal de Mpila, en plein coeur de la capitale Bazzaville, qui a coûté la vie à des centaines d’habitants et détruit un quartier entier en mars dernier. Une catastrophe qui a ravivé toute la colère des Congolais contre leur dictateur et l’incurie de son régime, incapables d’assurer des conditions correctes de sécurité, de gérer l’urgence de la situation, puis de rendre justice aux victimes en les indemnisant et en condamnant les responsables. Une catastrophe qui n’est finalement que le reflet d’un régime pétrolier corrompu et surendetté, où règnent l’impunité et le mépris des populations, tenu par un clan mêlé à des crimes contre l’humanité.

A l’occasion de ce qui s’annonce être une nouvelle mascarade électorale, et afin d’interpeller les nouvelles autorités françaises sur le positionnement qu’elles adopteront, ce dossier présente un état des lieux des relations franco congolaises.

Le constat est sans appel : elles sont marquées avant tout par la recherche du profit des entreprises françaises, entachées par la corruption et le financement des partis politiques français via l’argent du pétrole, et marquées par différentes affaires judiciaires en cours en France, de l’affaire des Biens Mal Acquis à celle des disparus du Beach.

Il revient désormais au gouvernement et aux parlementaires français de se questionner sur les relations maintenues jusqu’à ce jour avec le Congo Brazzaville à tous les niveaux institutionnels, et de se démarquer enfin de tout soutien avec la dictature congolaise.

S'abonner à la newsletter